Maison

Construction : MAP (mise au point technique)

Préparation et obtention du rendez-vous

Après quelques déconvenues pour fixer la date, nous avons enfin pu faire la MAP (Mise au point technique) pour la maison le vendredi 8 janvier. Mais ça n’a failli par avoir lieu car 2 jours avant nous avons appris que le conducteur de travaux était cas contact, donc pas possible de faire la réunion en présentiel. Nous devions donc faire le rendez-vous de l’agence avec le commercial alors que le conducteur de travaux serait chez lui.

… Sauf que le vendredi matin, juste avant de prendre la voiture pour se rendre au rendez-vous, nous apprenons que le conducteur de travaux n’est plus cas contact mais positif à la covid et que donc le commercial entre autre est donc cas contact. Nous restons donc chez nous pour le rendez-vous qui a quand même lieu.

Bien qu’on ait préparé le rendez-vous, il a duré 4h (le fait qu’il ait lieu à distance à rajouté un peu de temps). En préparation du rendez-vous, nous avions imprimé les plans de chaque étage de la maison et placé les prises, interrupteurs, chauffage, luminaires et précisé le sens d’ouverture des portes.

Déroulement du rendez-vous

Durant la première partie du rendez-vous qui a quasiment duré deux heures, on a repris un à un les éléments de la notice qui décrit toutes les prestations de la maison : type de porte, marque des interrupteurs … On a aussi vérifié où nous en étions des prérequis au démarrage des travaux. C’est à dire où en est l’avancement avec le terrassier pour que le terrain soit nettoyé, où en est la mise en place d’un raccordement à l’eau du chantier et de la demande d’arrêté de stationnement.

On a découvert qu’il restait des éléments à préciser à cette étape : couleur exacte des enduits de ravalement des façade, forme des barres d’appui des fenêtres et couleur des petites avancées sous les fenêtres qui peuvent être en gris béton ou blanc cassé.

Première difficulté à la cave

La première et plus grosse difficulté de la réunion venait de la chaudière. Nous avons prévu une chaudière gaz et nous avons appris lors de ce rendez-vous qu’il fallait une évacuation des gaz, ce qui n’avait jamais été mentionnée avant. Nous avions donc deux choix en fonction de l’endroit où nous avions prévu d’installer la chaudière : ajouter une troisième cour anglaise pour l’évacuation ou faire un coffrage remontant dans la cuisine. Mais aucune des deux solutions ne nous a satisfaisait : le prix d’une cour anglaise n’est pas négligeable donc nous ne voulions ni en ajouter une troisième, ni en sacrifier une des deux que nous avions prévu. Et pour l’ajout d’un coffrage dans la cuisine, cela posait un problème avec les plans de cuisine que nous avions fait réaliser. Avec ces plans de la cuisine, c’est le serpent qui se mord la queue. On nous demande d’avoir les plans pour la MAP mais on apprend un certain nombre d’élément à la MAP qui remettent en question les plans …

On a finalement opté pour déplacer la chaudière à la cave, afin que le coffrage d’évacuation passe dans un angle de la partie salle à manger. Nous avons aussi déplacé la cour anglaise qui donne sur l’avant de la maison et revu l’endroit où nous avions prévu de placer la machine à laver. Presque tout à changé à la cave, mais heureusement ce sont les plus grosses modifications.

Le rez-de-chaussée et les étages

Nous sommes ensuite passé au rdc et aux étages. Et nous avons encore découvert qu’il fallait de nouveaux coffrages : pour les VMC WC et cuisine et pour les évacuation de la salle d’eau des combles. (Les évacuation de la salle de bain du premier étaient représentées). Il a fallu être imaginatif pour éviter d’avoir des coffrages trop visibles dans les pièces et en avoir de nouveaux passant par la cuisine et qui risquaient de nous poser problème avec nos plans. Une partie des coffrages sera donc dans les placards que nous avons prévus, en espérant que ça ne prenne pas trop de place. Nous avons appris un peu tard que l’idéal aurait été d’aligner les pièces d’eau des différents étages. Mais nous n’y avions pas pensé et nous avons peu changé les emplacements des pièces par rapport aux plans issus du permis de construire qui existaient avec le terrain.

Problème de sèche-serviette

Autre problème que nous avons rencontré : nous ne pouvons pas mettre de sèche serviette électrique dans la salle de bain. Nous avions fait ce choix car dans l’appartement nous avons un sèche serviette à eau relié au système de chauffage. Sauf que le capteur est dans le salon, qui est l’endroit où il fait le plus chaud dans l’appartement. Et donc les chauffages des autres pièces ne se mettent pas en fonctionnement si le salon est à une température au dessus du seuil programmé. On se retrouve donc parfois avec des serviettes qui restent mouillées.

Mais nous avons appris qu’un sèche serviette électrique doit être situé à minimum 60 cm de la baignoire. Si nous avions eu connaissance de cela plus tôt on aurait pu décaler la fenêtre de la salle de bain afin de pouvoir placer ce sèche serviettes. Mais c’est maintenant trop tard. Donc soit nous pouvions garder un sèche serviette électrique mais le placer à l’opposé de a baignoire, soit revenir sur un sèche serviette à eau. Nous avons fait ce second choix.

Suite du rendez-vous

Pour la suite, le conducteur de travaux devait remplir des documents résumant tout cela et que nous devions signer. Il y aura aussi un avenant s’il y a des plus ou moins value selon les modifications effectuées par rapport à nos choix initiaux. Nous n’avons pas fait de changement, et à aucun moment du rendez-vous le conducteur de travaux nous a indiqué que nos choix entrainaient des plus values. Bientôt un mois que nous attendons ces documents pour nous assurer que c’est bien le cas. On a fini par fixer un nouveau rendez-vous avec le commercial et le conducteur de travaux pour avoir les éléments car les mails et les appels restent sans réponse …

En plus de cela, le conducteur de travaux va envoyer les éléments à un cabinet qui va étudier l’emplacement des chauffages par rapport aux surfaces et en déduite la taille de chacun des chauffages (d’où le fait qu’on n’arrivait pas à avoir une réponse sur la taille des chauffages à mettre en place quand nous voulions préparer le rendez-vous)

En parallèle : prévoir le terrassement

Et de notre côté on essaie de faire avancer les devis terrassier. Nous attendons encore une précision pour savoir s’il faut obligatoirement un puisard en plus d’un récupérateur d’eau. (plus d’un mois qu’on demande des informations au constructeur car ce n’était pas prévu initialement) . Nous sommes aussi allés vérifier le nombre d’arbres à faire enlever sur le terrain car le constructeur qui a fourni les éléments aux terrassiers à prévu de faire enlever les arbres qui gêneraient la construction. Sauf que même si certains se trouvent au fond du terrain, nous voulons aussi les enlever car ça deviendra compliquer de le faire plus tard quand le seul moyen de les évacuer sera de les passer par le salon et qu’on ne pourra faire passer aucune machine sur le terrain car il n’y aura pas d’autre moyen d’accéder au terrain qu’en passant par la maison.

Maison

Construire sa maison – première étape : le terrain

Après quelques semaines de silence sur le blog, j’inaugure une nouvelle rubrique : celle de la construction de sa maison. En effet, depuis le début de l’été, nous sommes sur ce nouveau projet.

J’ai donc essayé de schématiser les premières étapes de ce projet :

Pourquoi construire plutôt qu’acheter ?

Nous regardions les annonces de maisons depuis le début de l’année, mais rien ne correspondait à nos besoins et envies. Il y avait des biens dans l’ancien qui nécessitaient beaucoup de travaux pour être remis au goût du jour, mais qui coûtaient déjà assez cher. Nous avons pu visiter aussi plusieurs biens neufs, certains plutôt intéressants même s’il y avait toujours quelques éléments pour lesquels nous n’aurions pas fait les mêmes choix. Mais ces biens neufs étaient construits par des investisseurs, ils ne bénéficiaient donc pas des frais de notaires réduits … Nous avons donc comparé ce prix frais de notaire inclus avec une construction et cette dernière option nous a semblé une meilleure solution.

Trouver un terrain

La grosse difficulté pour faire construire en région parisienne et notamment dans notre ville est de trouver un terrain. Peu sont disponibles, et encore moins quand on a des critères précis concernant la localisation.

Pour la taille, il ne faut pas espérer acheter une grande propriété, même si on a un budget conséquent. Il y en a très peu sur le marché. Il semblerait qu’une bonne partie des terrains mis en vente viennent de découpage d’anciennes propriétés en plusieurs sections. Lors de nos visites, nous avions par exemple vu un terrain avec une maison découpée en 4 et celui pour lequel nous avons signé un compromis est issu d’un découpage d’un terrain de moins de 400 m² en 2. Le problème que cela pose est qu’il y a souvent des constructions déjà en place sur le terrain et qu’il faut donc prévoir un budget supplémentaire pour la démolition.

Nous avions fait des rendez-vous avec deux constructeurs pour évaluer le coût d’un projet de construction, dont l’un qui semblait proposer la plupart des projets de construction dans notre ville. Ici, les terrains sont souvent proposer par les constructeurs avant leur publication en agence immobilière, peut être que dans d’autres régions, il faut trouver un terrain, puis un constructeur.

Après quelques semaines d’attente seulement, on nous a proposé un terrain de 190 m², à moins de 10 minutes de la gare dans un quartier agréable, proche de toutes commodités. Il y a eu une partie de chance, mais aussi de la persévérance de mon conjoint qui a relancé très régulièrement les constructeurs. La demande étant bien plus importante que l’offre, il a fallu réserver le terrain le jour-même. Nous sommes ensuite allés sur place pour confirmer sa situation. Il est assez compliqué de se projeter sur un terrain qui n’est pas encore « séparé » en deux et sur lequel se trouve une construction à détruire.

L’avantage de ce terrain est qu’un permis de construire était déjà déposé, ce qui permet d’éviter quelques démarches administratives et de gagner du temps.

Afin que cet article ne soit pas top long, je vous parlerai dans de prochains articles du CCMI (Contrat de Construction de Maison Individuelle), des postes de dépense à prévoir et des étapes suivantes.