Hauts

Sweat Octobre du livre « Ma garde robe sur Mesure » de Charlotte Auzou

Fournitures

J’ai utilisé le patron du sweat Octobre du livre « Ma garde robe sur mesure » de Charlotte Auzou. C’est le premier patron que je réalise de ce livre et j’ai l’impression qu’il fait partie des patrons de ce livre les plus faits avec la robe Décembre.

Je l’ai découpé en 40 car j’avais fait un haut cache-cœur en 38 d’un de ses autres livres mais je trouve qu’il est trop serré au niveau de la poitrine. J’ai rallongé le bas et les manches car j’avais vu dans certains commentaires que c’était trop juste.

C’est la première fois que j’utilisais le livre, j’ai été un peu déçue de constater qu’il n’y a pas véritablement 2 patrons par mois comme annoncé mais que certains sont une déclinaison d’un autre. Par exemple le sweat octobre et la veste mars ont pas mal de tracés en commun.

Pour le tissu j’ai utilisé un milano noir à 10€ les 3m de chez Les coupons de Saint-Pierre que je gardais précieusement depuis 2016.

Réalisation

La réalisation est très simple, j’ai tout assemblé à la surjeteuse. Je n’ai pas surpiqué le col à l’aiguille double comme indiqué, je trouvais que c’était suffisant de l’assembler.

Avis

Je suis très contente de ce sweat. Il est parfait pour les journées de télétravail à la maison ou le weekend. je l’ai déjà porté plusieurs jours depuis que je l’ai cousu il y a un peu plus d’une semaine.

La seule éventuelle modification à faire serait de ne pas faire les manches aussi longues car les bandes de manches m’arrivent sur les mains.

Couture, Jupes

Rattrapage d’erreur sur la première tentative de Kristy de La Maison Victor

Fournitures

Les fournitures sont exactement les mêmes que pour la jupe Kristy présentée ici. Comme je vous l’avais dit dans l’article, j’ai fait un erreur avec le sens du tissu lorsque j’ai découpé les pièces une première fois. Je me suis donc retrouvé avec des pièces extensibles dans la hauteur au lieu de la largeur. J’ai donc essayé de trouver quelque chose à faire de ces pièces déjà découpées.

Réalisation

J’ai donc cherché comment adapter le modèle malgré le problème d’élasticité. Ce qui m’a paru évident était d’ajouter une fermeture. Heureusement que j’avais suivi le tableau de mesure, avec la jupe découpé en 38, même sans élasticité, je rentre dans la jupe. En revanche, je n’ai pas pu réutiliser la ceinture, car dans le modèle d’origine c’est elle qui sert a resserrer la jupe au niveau de la taille et il manquait donc plusieurs centimètres.

Pour la fermeture, c’était l’occasion de m’entrainer sur la pose d’une fermeture invisible. Je l’avais déjà fait une première fois avec ma jupe Ambrosia du livre « Passez votre CAP couture ». Saut que je m’étais rendue compte que je n’avais pas le bon pied de biche. J’avais utilisé celui pour fermeture, mais il y en a un spécial pour fermeture invisible qui permet de piquer au plus près des crans. Mon seul doute sur l’utilisation de cette fermeture est le fait que le tissu est extensible dans la hauteur donc j’avais peur que cela gondole.

Je ne maitrise pas encore bien la pause des fermetures donc j’ai fait un erreur : j’ai d’abord assemblé les deux parties de la jupe (à la surjeteuse) puis posé la fermeture. Sauf que cette technique est valable pour les fermetures classiques d’après ce que j’ai compris, mais pas pour les fermetures invisibles. Pour elles, il faut d’abord poser la fermeture puis finir l’assemblage.

Je voulais que e modèle ne ressemble pas exactement à la précédente version de Kristy, même s’il y a déjà une différence au niveau de la ceinture. J’ai donc décidé de laisser une fente sur le côté. J’aurais bi mis la fente (ainsi que la fermeture d’ailleurs) à un autre endroit, par exemple au milieu du dos, mais les pièces étant déjà découpées, ce n’était pas possible

Avis

je suis plutôt contente de mon rattrapage et en particulier de ma fermeture invisible. Mon seul problème est au niveau de la ceinture, qui est trop large. Soit je la porte plus bas vers les hanches et pas la taille, mais je pense qu’elle va être trop longue, soit il faudrait probablement que je trouve un moyen d’ajouter des pinces au niveau du dos.

Au moins en faisant des erreurs, cela permet d’apprendre pas mal de choses.

Couture, Hauts

Afra de Fibremood V2 – et à la bonne taille cette fois

Fournitures

J’avais obtenu le patron du Tshirt à manches longues et à encolure bateau Afra de Fibremood au printemps dernier, quand Fibremood proposait régulièrement un patron gratuit.

J’en avais fait une première version l’été dernier en me fiant au tableau des mesures, mais je n’étais pas satisfaite, il était trop large et il ne se tenait pas bien au niveau de la parmenture. Je cherchais donc depuis un moment avec quel tissu en jersey en faire une nouvelle version.

Je me suis dit que je pouvais poursuivre avec le jersey utilisé pour ma jupe Kristy (provenance : les coupons de Saint Pierre, à 15€ les 3m).

Réalisation

Cette fois-ci, j’ai pris le modèle en S et ai choisi de ne pas réaliser la parmenture. J’ai vu que certaines l’ayant réalisé sur Instagram indiquaient avoir fait un simple ourlet et que ça allait très bien.

J’ai aussi rallongé le haut ainsi que les manches de quelques centimètres afin d’en faire une version manche longue.

Avis

Je le trouve beaucoup mieux en S, la taille est plus adaptée. Le tissu est plus rigide que le précédent donc le rendu est un peu différent, notamment au niveau de la poitrine, le tissu fait un pli et il faudrait peut être que je fasse des pinces poitrines pour les jersey les moins fluides.

Jupes

Jupe Kristy de La Maison Victor

Cela fait quelques semaines que cette jupe est cousue, mais d’une part la luminosité me posait un problème pour les photos et d’autre part je n’ai pas beaucoup de temps ni de motivation en ce moment pour écrire (ni coudre d’ailleurs)

J’ai eu envie de coudre une jupe crayon en regardant la série Suits. (grâce aux confinements et couvre feu, l’abonnement Netflix est largement rentabilisé au moins). Et avec l’achat de la surjeteuse, c’était l’occasion de tester un projet en changeant les fils (j’ai utilisé la technique qui consiste à faire des nœuds sur les anciens fils et les tirer ensuite, je n’ai pas encore essayé de faire un renfilage complet, même si ce serait bien que j’apprenne. Chaque chose en son temps).

Fournitures

Pour le tissu, comme souvent si ce n’est toujours, j’ai utilisé un coupon de 3m des coupons de Saint-Pierre, un jersey de coton serpent noir à 15€ les 3m.

Pour le patron, c’est la jupe Kristy de La Maison Victor, que j’ai obtenu gratuitement il y a quelques mois. Je me suis fiée au tableau des mesures et ai découpé un 38.

Réalisation

L’assemblage du PDF est simple, il n’y a que trois pièces : une ceinture, un devant et un dos. Je ne sais pas ce qui différencie le devant et le dos, une fis montée je suis incapable de reconnaitre l’avant de l’arrière.

Pour la découpe du tissu, je ne me suis pas posé de question et découpé mes pièces dans la hauteur. Sauf que j’aurais du me poser des questions … après voir découpé les pièces je me suis rendu compte que mon coupon était extensible dans la hauteur et pas dans la largeur.

J’aurais pu m’en douter car j’ai eu le même problème avec mon haut cache-cœur (ici). Je note donc de faire plus attention pour mes prochaines coutures jersey et envisage de me renseigner de manière plus approfondie sur cette matière (peut être via le livre « Guide de couture à la surjeteuse et à la recouvreuse »)

La bande de ceinture devant être assez extensible, il était impossible d’utiliser les morceaux découpés sans élasticité. J’ai donc découpé de nouveau les pièces mais dans le bon sens cette fois 🙂

Pour l’assemblage j’ai utilisé ma surjeteuse en changeant pour la première fois les fils.

Avis

La jupe est très bien et confortable. C’est un modèle simple et efficace, à refaire éventuellement, peut être en plus courte.

Hauts

Premiers pas à la surjeteuse

L’achat de la surjeteuse

J’avais envie depuis un moment d’acheter une surjeteuse. Mais le prix m’arrêtait. Je pensais en prendre une de la marque Brother, comme ma machine à coudre.

Mais fin novembre, lors d’une vente privée singer, il y en avait une à 199€. Elle n’était plus disponible au moment où je me suis connecté, mais est réapparu quelques minutes plus tard. Je me suis empressée de la mettre dans mon panier pour la réserver, le temps de chercher rapidement quelques informations sur le modèle sur internet (14sh644).

Je n’avais pas énormément de temps pour me renseigner, j’ai lu quelques avis qui indiquaient que c’était une bonne machine d’entrée de gamme. Cela m’a semblé satisfaisant pour débuter avec une surjeteuse. Je l’ai donc commandée.

Quelques jours plus tard, avant de la recevoir, j’ai vu des conversations sur les réseaux sociaux demandant des avis sur ce modèle. J’ai appris à cette occasion que ce modèle ne possédait pas la fonction différentiel alors que c’est basique pour beaucoup de surjeteuses. J’ai donc un peu regretté.. mais d’autres avis m’ont rassuré car certaines personnes ne semblent pas utiliser cette fonctionnalité malgré une utilisation d’une surjeteuse régulièrement et depuis plusieurs années. Je me suis donc dis que je verrais bien si un jour j’étais limité par ce manque.

Le différentiel sert d’après ce que j’ai compris à entrainer deux tissu à deux vitesses différentes quand ils n’ont pas la même élasticité, afin d’éviter de faire gondoler le tissu.

J’ai aussi lu beaucoup d’avis négatifs sur la marque singer dont la qualité se serait dégradé avec le temps. Je verrai bien par moi-même, elle ne m’a coûté au final que la moitié du prix de la plupart des surjeteuse entrée de gamme.

Le colis est arrivé début décembre, il ne me restait plus qu’à trouver un modèle pour la tester.

Fournitures

J’avais acheté le magazine Burda de novembre 2019, pour un modèle de type cache-cœur en jersey. Je n’avais pas voulu tenter le modèle avec uniquement la machine à coudre même s’il est possible de coudre des tissus extensibles à la machine à coudre avec des points stretch.

Lors de promotions chez les coupons de Saint-Pierre, j’avais acheté un jersey blanc à 7,5€ les 3m, c’est toujours pratique d’avoir des tissus unis et des couleurs neutres.

La difficulté a été comme d’habitude sur le choix de la taille. Le modèle provient du même magazine que ce haut, que j’aurais dû faire en 38. Je pensais donc faire ce nouveau modèle en 38. Mais j’ai quand même comparé un patron de haut qui me va au patron et le 38 semblait grand. J’ai finalement opté pour du 36.

Réalisation

Le modèle est assez simple a réaliser en prenant son temps. J’ai fait une erreur sur les marges car j’ai suivi les instructions du patron en utilisant des marges de 1,5 cm. Sauf qu’il faut adapter les marges aux réglages de la surjeteuse et que j’aurais dû dans mon cas en prévoir de 7 mm. Ainsi la surjeteuse ne coupe pas vraiment le tissu ou seulement de petites parties et cela évite ainsi d’en abimer le couteau.

J’ai aussi eu un peu de mal à bien assembler les emmanchures avec la surjeteuse mais je suppose que cela vient avec l’expérience.

Avis

J’ai beaucoup aimé ce modèle et il est assez facile à faire. Cela faisait longtemps que je cherchais un modèle type cache-cœur parfait et je pense que ça va être celui-là. Contrairement à Sanna de La Maison Victor, il n’a pas de plis sur la partie du dessous, je trouve cela donc plus élégant.

La taille est un peu juste, mais je me suis aperçue que mon jersey n’est en fait extensible que dans la hauteur, donc ça n’aide pas. Je pense qu’il va falloir que je me renseigne plus sur l’élasticité des tissus et que j’y fasse plus attention.

Hauts

Margot V2

Il y a quelques mois, j’avais fait une première version du Top Margot de La Maison Victor. Je le trouvais un peu large et j’avais envie d’essayer d’en faire une autre version une taille en dessous

Fournitures

J’ai donc utilisé le même patron, le top Margot du numéro de La Maison Victor de novembre / décembre 2019, mais cette fois en 34.

Pour le tissu, j’ai longtemps hésité et j’ai finalement opté pour un jersey mordoré que j’avais utilisé une première fais pour un haut simple (trop simple et pas assez ajusté, que vous pouvez voir ici)

Réalisation

Ce haut est très simple à réaliser. Pas de difficulté particulière, encore plus en l’ayant fait déjà une fois.

Avis

Je ne suis pas convaincue à 100%. La taille est bien en 34 mais je pense que le tissu choisi n’est pas le bon. Il n’est pas assez lourd et fluide. Cela pose problème pour le nœud à l’arrière qui est mois joli que celui du premier haut que j’avais fait. Cela pose aussi problème sur le tombé. Je trouve que ça fait un peu sac si je le porte sans le rentrer dans mon pantalon. Au début je pensais qu’il fallait le reprendre pour le cintrer, mais quelqu’un sur Instagram m’a indiqué qu’avec le nœud à l’arrière ça allait poser problème. Je pense qu’il ne me reste donc plus qu’à le porter dans un pantalon.

Couture, Hauts

Sanna de La Maison Victor

Fournitures

Le patron est issu du magazine La Maison Victor de Mars-Avril 2020. Je l’ai acheté surtout pour ce patron. J’avais hésité comme souvent pour un magazine précédent dans lequel se trouvait le patron de la blouse Sofia que j’aime beaucoup et je l’avais loupé. Le magazine est maintenant en rupture de stock. Je n’ai donc pas fait la même erreur cette fois.

Pour le tissu j’ai utilisé un jersey ajouré des coupons de Saint-Pierre, qui est toujours disponible et existe aussi en blanc et existait en noir.

Réalisation

Je m’attendais à quelque chose de simple et je l’avais choisi justement pour ça. J’étais sur les finitions d’une jupe dont je vous parlerai dans un prochain article et comme elle était assez technique et longue, je voulais un projet rapide et efficace. Malheureusement je n’ai pas choisi le bon patron.

Première étape : décalquer le patron. Et là ça a commencé à être l’horreur. La partie avant du patron est en 3 morceaux différents et dans le magazine je n’ai trouvé aucune instruction pour les assembler. Il a fallu que j’aille voir sur le site. Mais ce n’est quand même pas l’idéal.

Les explications n’étaient vraiment pas claires, pour la partie ourlet / parmenture il n’y avait aucune information. J’ai donc du découdre la couture côté que j’avais faite pour remettre en place la parmenture après coup.

Je n’ai pas surfilé les bords contrairement aux instructions, puisque c’est du jersey ça ne me semblait pas utile.

Avis

J’ai réalisé ce haut en taille 36, après avoir fait un haut précédent de La Maison Victor en taille 36 qui s’avérait un peu large. Mais celui-ci est très près du corps en 36, j’aurais pu le faire en 38 si le tissu avait été moins extensible.

Il est aussi très court, j’ai fait l’ourlet au minimum sans respecter les trois centimètres indiqués sinon il aurait été bien trop court.

Question originalité, je commence à avoir l’impression que les modèles de hauts à manche courte de La Maison Victor se ressemblent. Ici les manches sont exactement les mêmes que celles de mon haut Margo.

Je m’interroge sur le fait de faire deux fois les plis, à droite et à gauche, sachant que ceux de droite sont cachés et que cela rajoute donc des épaisseurs au niveau du ventre.

Je fais quoi avec le reste du coupon ?

Il me reste une partie assez importante du coupon. J’hésite donc encore ce que je vais en faire. Je voulais faire une autre version du haut Margo, en 34, mais si j’utilise ce tissu j’ai peur qu’il soit trop ressemblant à ce haut. J’ai aussi vu des hauts à manche longue et col roulé dans ce tissu qui sont très jolis, mais il me reste à trouver un patron pour cela.

Couture, Hauts

Afra de Fibremood

Afra est un Tshirt manche longue d’un des numéros du magazine Fibremood de début d’année. (Fibremood est un magazine de couture récent, le premier numéro est sorti en 2018). Le patron était disponible gratuitement pendant le confinement, comme d’autres patrons de la marque. J’en ai profité pour le télécharger. Il est présenté comme une marinière, et je n’en avais plus depuis un moment. J’ai donc acheté le coupon de jersey marinière que j’ai utilisé en premier pour le T-shirt Hercule (après ces deux hauts il m’en reste encore un petit morceau pour lequel je n’ai pas encore d’idée d’utilisation).

Ce haut est un basique avec col bateau et avec des manches trois quarts facile à réaliser.

Réalisation

Le patron n’est composé que de 6 pièces dont 2 que l’on pourrait probablement se passer : la parmenture pour le col.

Cette parmenture est à entoiler puis à coudre au col, mais un ourlet fait aussi bien l’affaire d’après les différentes réalisations que j’ai vues sur Instagram.

Pour le reste il n’y a pas grand chose à dire, il est très simple à réaliser. La seule chose à laquelle j’ai du faire attention est le raccord avec les rayures du tissu.

Résultat

Le résultat est globalement pas mal et c’est un bon basique. En revanche je trouve que la parmenture remonte parfois. Est-ce le thermocollant qui est trop épais ou autre chose … je l’ignore. Mais si c’était à refaire, je me contenterai d’un ourlet.

Je ne suis pas satisfaite par la taille. J’ai pris du M en me basant sur les mesures du tour de poitrine, mais je trouve qu’il est vraiment très large. On m’a conseillé de reprendre les côtés mais ça me semble compliqué sans modifier aussi l’emmanchure. Je l’ai donc laissé ainsi et me suis dit que j’en ferai un autre en S cette fois. Reste à trouver avec quel tissu je le ferai.

Idée pour d’autres versions

La patron est vraiment simple, mais on peut trouver plein d’idées pour en faire un haut un peu différent et plus original. Voici quelques idées trouvées grâce aux réalisations postées sur Instagram :

  • rallonger les manches pour en faire un haut à manche longues, c’est une modification basique mais qui peut être pratique,
  • au niveau des poignets : les resserrer grâce à un élastique ou ajouter des bandes de poignets.
  • de même une bande de finition peut être ajouté en bas du haut, il ressemblera ainsi plus à un sweat qu’à un T-shirt,
  • dans le même esprit, le haut peut être réalisé dans une maille plus épaisse plutôt qu’un simple jersey
  • ajouter de la dentelle au col et aux poignets, voir sur le bas, ou même ajouter des festons en bas
  • ajouter une poche devant
Couture, Hauts

Revue du livre « Petits tops à coudre » – 2/2

Il y a quelques semaines, j’avais commencé à faire une revue du livre « Petits tops à coudre » d’Annabel Bennilan dans cet article. Je n’avais testé qu’une partie des patrons chaîne et trame. Je me suis maintenant attaquée aux patrons en jersey (enfin à certains, je ne les ai pas tous testés).

Le Winter

Réalisation

C’est un modèle simple, en 2 pièces et avec un biais d’encolure.

J’ai utilisé un jersey moyen qui provient des Coupons de Saint-Pierre pour le réaliser, avec une aiguille stretch taille 80 et du fil mousse au niveau de la canette. J’ai assemblé avec le point droit triple et surfilé avec le zig-zag triple. J’ai fait l’encolure et les ourlets manche et bas au point droit simple.

Avis

Les explications ne sont pas claires alors qu’il y en a peu comme le modèle est très simple. Sur le plan de coupe, il faudrait couper un biais d’encolure de 2 m … c’est beaucoup trop. Je n’ai pas compris les explications pour poser ce biais d’encolure en faisant se chevaucher les deux parties, car quand on fait ce qui est indiqué en étape deux, il est impossible de réaliser l’étape suivante (ou les deux parties de mon biais étaient trop longues ? se chevauchaient trop ? ) :

Les finitions de l’encolure ne sont vraiment pas top, le biais est rabattu sur l’envers et il faut ensuite couper le surplus qui dépasse le long de la couture. Il aurait mieux valu couper le surplus avant et rabattre après, comme c’est le cas pour le top Margot de La Maison Victor que je vous présente dans l’article précédent.

J’aurais pu couper plus près de la couture, mais j’avais un peu peur de le faire

Encore une fois, comme c’est le cas pour beaucoup de modèle de ce livre, il est très grand. Il est difficile à porter hors de la maison car avec la large encolure, il tombe régulièrement et découvre les épaules.

Le Street

Réalisation

C’est un T-shirt tout simple, composé de 4 pièces : un devant, un dos et deux manches. Son originalité tel qu’il est présenté sur le livre est sa poche à l’avant, dans une autre couleur.

Je l’ai réalisé avec un jersey de mondial tissu très (trop) fin, une aiguille stretch taille 70, du fil mousse pour la canette. Je n’ai pas surfilé les pièces comme ce n’était pas indiqué de le faire, assemblé en point droit triple et fait l’ourlet du bas et des manches en point droit simple.

J’ai utilisé l’aiguille double pour la première fois, pour le col (le col est réalisé avec un ourlet simple). J’ai commencé par utiliser l’aiguille double qui était fournie avec ma machine mais qui a cassé très rapidement pour une raison que je n’ai pas comprise. Je l’ai remplacée par une aiguille double normale (pas spéciale jersey). C’était la seule que j’avais en stock et c’était assez difficile d’en trouver en fin de confinement, les stocks avaient dû être dévalisés. A un moment la seconde aiguille s’est mise à faire du sur place, je ne sais pas exactement pourquoi, il y a donc une partie du col qui ne rend pas très bien.

Sur le modèle il y a une poche à ajuster dans un jersey différent, mais je ne l’ai pas faite.

Avis

Le métrage de tissu indiqué pour réalisé le modèle est beaucoup trop grand, en tous cas en taille 36. Il ne me reste plus qu’à voir ce que je peux faire avec les chutes.

Les finitions de l’encolure, comme pour le précédent, ne sont pas top. En revanche, j’aime beaucoup la finition des manches avec le fait qu’elles sont retroussées.

A noter : la taille est correcte !

Le Dos nu

Réalisation

Le rendu est assez semblable au précédent : un T-shirt assez simple, mais cette fois avec un dos nu attaché en haut avec un ruban. En revanche, le montage ne se fait pas du tout de la même manière que le précédent.

Pour éviter l’effet roulé du précédent, j’ai surfilé les bords du tissu. Je ne sais pas trop pourquoi mais arrivé en fin de pièce, le tissu rentrait dans la machine à coudre et le résultat n’était pas net. Peut être parce que le tissu était trop fin.

Point utilisé : j’ai utilisé le point numéro 15 de ma brother fs 40 pour assembler les manches, le devant et le dos :

Puis pour assembler un côté, j’ai tenté le point zig-zag, mais en laissant le réglage standard. Je n’ai lu qu’après qu’il aurait fallu faire des points avec une grande longueur et une faible largeur. Le rendu n’est pas bon car les fils se voient sur l’endroit du tissu. J’ai donc fait le deuxième côté au point droit.

Effet sur l’endroit de l’assemblage au point zig-zag mal réglé

Je ne suis pas arrivée à avoir un rendu net sur l’ourlet de l’encolure dos. C’est un ourlet simple, réalisé à l’aiguille double. J’obtiens des petits plis et je ne sais pas comment j’aurais pu faire pour les éviter tout en suivant l’arrondi qui est très prononcé. Je n’ai pas eu le même problème pour le devant de l’encolure.

J’ai réalisé les rubans du dos moi-même, à partir des chutes de tissu du kimono présenté précédemment, n’ayant pas de ruban d’1 cm de large dans mon stock. Je trouve que le bleu du ruban va plutôt bien avec le vert du T-shirt et que les motifs du ruban lui donnent un peu d’originalité.

Avis

Comme le précédent, le métrage de tissu indiqué est beaucoup trop grand.

Les manches sont beaucoup trop courtes pour réaliser un ourlet de 1 cm puis de 2 cm comme écrit dans les instructions. J’ai donc fait un ourlet simple.

La taille est bonne cette fois aussi et certains problèmes viennent du tissu que j’ai utilisé.

Avis global sur le livre

Je ne sais pas encore si je réaliserai d’autres modèles de ce livre ou referai certains des modèles. Je trouve ce livre plutôt décevant. Il est adapté aux débutantes car les explications sont relativement simples. Mais pour moi, il n’est pas assez travaillé, les finitions ne sont pas géniales et le rendu des ouvrages s’en ressent. Il donne l’impression de ne pas avoir été testé et relu avant d’être publié, en particulier avec le problème des tailles.

Il m’a un peu fait penser aux dissertations qu’on faisait en histoire aux collèges. On arrive devant la feuille et on découvre le sujet. On sait qu’on a un certain nombre de notions sur le sujet à aborder pour avoir les points, donc on essaie de les caser plus ou moins maladroitement dans la copie. Et pressé par le temps on ne relit pas forcement le devoir avant de le rendre. Ça donne donc un assemblage pas forcement cohérent de notions.

Ici c’est pareil, on a des fronces, une parmenture, des fentes, des volants, une chemise, du jersey. Pas mal de notions intéressantes pour les débutantes. Mais entre les tailles qui ne sont pas bonnes la plupart du temps et les finitions parfois vraiment très moyennes, c’est comme si ce livre n’était pas tout a fait terminé.