Maison

La cuisine – les recherches du mois d’août

Alors qu’on a fini par recevoir le CCMI signé par la société de construction, mais que notre permis modificatif a été mis en attente car il manque des pièces et certaines cotes ne sont pas cohérentes … (on est tombé sur le meilleur dessinateur et bureau d’étude du monde je crois …), voici comment nous avons procédé pour rechercher la cuisine. Nous n’avons pas encore signé chez le notaire pour le terrain, mais nous aurons besoin des plans techniques de la cuisine juste après la signature chez le notaire, pour la MAP technique, donc la mise au point technique. Nous avons donc profité des weekends du mois d’août pour avancer ce projet.

Dans un premier temps nous avons recherché la liste des cuisines proches de chez nous et qui proposaient des projets rentrant dans le budget que nous nous étions fixé.

Mon conjoint a aussi fait des plans de cuisine grâce à Oskab, un logiciel en ligne qui permet de faire des cuisines 3D. ça nous permettait d’avoir une première idée d’aménagement par rapport aux plans de la maison.

Nous avons ensuite consacré une partie d’un samedi à faire le tour des cuisinistes dans une zone commerciale proche de chez nous. Impossible d’avoir des rendez-vous le jour même, ni même d’en prendre, mais cela nous permet de voir les modèles actuels et de discuter de ce qui nous plait.

Premier rendez-vous chez Cuisinella. Nous avions 1h de rendez-vous. Dans un premier temps, le commercial commence par présenter l’entreprise et surtout passe beaucoup de temps à indiquer qu’ils sont les meilleurs et à démonter ses concurrents. Puis nous expliquons notre besoin, notre budget, et indiquons les modèles qui nous intéressent. Impossible d’avoir le moindre plan et la moindre idée de rendu, ni de prix dès ce premier rendez-vous. Il faudra revenir pour un second rendez-vous et le prix ne sera valable que ce jour-là, il faudra signer le jour même ! Pas de temps de réflexion pour un projet qui a un prix non négligeable … Les procédés commerciaux de Cuisinella ne me plaisent pas du tout, malgré le petit cadeau qu’on nous remet au début du rendez-vous (un livre de cuisine).

Second rendez-vous : So’cooc. Nous ne connaissions pas cette enseigne avant mais le constructeur nous en avait parlé. Premier rendez-vous de 2h, un discours commercial très limité, lors duquel nous apprenons que le magasin est une filiale et pas une franchise comme la plupart des cuisinistes. Et en deux heures nous avons des plans 3D avec deux options de couleurs qui nous plaisent : noir mat et blanc laqué, et une idée du prix. C’est au dessus du budget, mais le « kitchener » nous explique qu’il pourra revoir ses marges à la baisse en particulier en fin de mois, s’il atteint ses objectifs. Et en bonus, il nous a même fait des plans 3D du salon avec une idée d’aménagement. C’est rassurant par rapport au cuisiniste précédent.

Voici la première version des plans que nous avons eu avec So’cooc (versions noires et blanches, avec ou sans hôte intégrée) :

Cuisine

Bilan cuisine Août et Septembre

On est presque mi-octobre, il est temps que je fasse mon bilan des derniers mois, au pluriel, car je n’avais pas publié de bilan cuisine pour le mois d’août.

Il faut dire que j’ai assez peu cuisiné durant ces deux mois, entre la chaleur au mois d’août qui donne à la fois envie de manger frais et d’éviter d’allumer le four, puis les congés les quinze premiers jours de septembre.

Entrée

Tzatzíki fait maison

Je n’ai pas trop de mérite pour la recette, j’ai utilisé un mélange pour Tzatzíki que nous avions ramené de nos vacances en Crète l’an dernier. Donc un peu de yaourt et un peu de mélange tout prêt ainsi que quelques morceaux de concombres ont fait l’affaire ! Mais ça change pour l’apéro et ça rafraichit quand il fait chaud !

Bâtonnets de crudité et petite sauce

Et avec le même mélange, j’ai improvisé une petite sauce pour crudité, qui m’a servi de plats à deux reprises plutôt que d’entrée, pour rattraper l’apport en légumes après les vacances et pour avoir un déjeuner rapide à préparer un midi de télétravail.

La sauce est donc constituée des trois quarts d’un yaourt de brebis, d’un peu de mélange pour Tzatzíki (donc de l’ail est des herbes aromatiques, je suppose que ça ne doit pas être très compliqué à reproduire) et d’un filet d’huile d’olive.

Plats

Les poivrons farcis

C’est ma découverte de ces dernières semaines. Je n’ai jamais été habituée à consommer les poivrons, donc je ne sais pas trop d’où m’est venue l’idée de faire les poivrons farcis. Mais c’est assez facile à préparer, même si ça prend un peu de temps et on peut le faire le dimanche pour avoir des restes pour la semaine.

Je me suis juste fait avoir sur le temps de cuisson. Dans la recette que j’ai utilisé il était indiqué de les laisser au four une heure. La farce de la première tentative est à la limite du brulé et je crois que j’ai stoppé avant l’heure de cuisson.

Pour la seconde tentative, j’ai laissé cuire uniquement 40 min. Mais début octobre j’ai fait une nouvelle tentative et j’ai eu l’idée d’utiliser un papier alu pour les recouvrir et c’est nettement mieux !

Omelette aux poivrons

Avec les restes de poivrons de la première tentative de la recette précédente, j’ai fait une omelette aux poivrons, sans chercher de conseils sur internet… j’ai donc coupé le reste des poivrons en petits morceaux et passé cela quelques minutes à la poêle, puis ajouté les œufs battus. Mais il reste très fermes et j’ai trouvé que ce n’était pas très digeste. Je crois que je comprends pourquoi dans la recette de poivrons farcis, il faut commencer par les passer 5 min dans de l’eau bouillante. Si je retente il faudra que je les fasse précuire.

Vermicelles de riz, brocolis et crevettes

Cela faisait quelques semaines que j’avais envie de faire une recette aux saveurs un peu asiatiques, avec des nouilles, des brocolis et des crevettes. Je voulais des nouilles Soba, mais je n’en ai pas trouvé dans mon supermarché. Je me suis donc rabattue sur ce que j’ai trouvé dans le rayon asiatiques, des vermicelles de riz. J’ai fait cuire des crevettes surgelées avec un peu de gingembre en poudre, puis ajouté dans un wok les brocolis préalablement cuits, puis les vermicelles de riz eux aussi cuits à part. Et j’ai rajouté 4 cuillères de sauce soja et 2 cuillères de sauce Nuoc-mam en m’inspirant des recettes que j’ai trouvé sur internet. C’était pas mal, je suppose qu’avec des ingrédients frais ce serait encore meilleur.

Légumes et poissons en papillote

On termine ce bilan par les deux échecs. Toujours dans le but de manger sain et plus de légumes, j’ai voulu faire du poisson en papillote avec de petits légumes en cube. On avait donc des morceaux de poisson surgelés ainsi que des restes de courgettes et poivrons jaunes et carottes. J’ai coupé les légumes en petits cubes et j’ai mis le tout au four avec le poisson et du jus de citron dans du papier sulfurisé.

J’ai laissé le tout cuire une trentaine de minutes, mais c’est un échec. Le poisson était très sec et les légumes encore trop croquants. C’était quand même mangeable mais il faudra que je trouve une meilleure technique la prochaine fois (et du meilleur poisson aussi probablement. Il était fait pour cuire à l’eau et pas au four)

Dessert

Gâteau poire chocolat

Dernier semi échec : le gâteau poire chocolat. Pour l’anniversaire de ma nièce, il me fallait un gâteau poires et chocolat. Et ça devait absolument être un gâteau, pas une charlotte. Je sais pas trop quand j’aurai l’occasion de faire la charlotte poire chocolat que j’aime beaucoup. En faire à la maison pour seulement deux c’est un peu compliqué. J’ai aussi un gâteau croustillant poire et chocolat à tester depuis un moment, mais il est constitué de mousse au chocolat. Je n’étais pas sûre que ce soit considéré comme un vrai gâteau, j’ai donc préféré éviter.

J’ai donc trouvé cette recette de gâteau poire et chocolat avec du mascarpone sur Pinterest. C’est assez étonnant mais il existe assez peu de recettes de « vrais » gâteaux poire et chocolat. Je me suis dit que la mascarpone donnerait du moelleux.

Mais le résultat est décevant. ça donne une pâte moelleuse, mais qui semble à peine cuite, très forte en chocolat mais la texture et le gout ne sont pas du tout subtiles. La prochaine fois qu’on me demande un gâteau poire et chocolat, je crois qu’il sera bien plus simple de mettre des morceaux de poire dans un gâteau au chocolat classique.

Objectif du mois d’octobre : utiliser mon multicuiseur Philips que j’ai depuis 4 à 5 ans, que j’utilise de temps en temps mais surtout pour des soupes.

Cuisine

Mini moelleux au chocolat sans gluten

Cette fois, plutôt que de réaliser une recette existante sans gluten, j’ai adapté une recette « classique ».

Je suis donc partie de cette recette de muffins extra moelleux, que j’ai modifiée.

Ingrédients :

  • 230 ml d’eau
  • 50 g de Maïzena
  • 130 g de miel d’acacias
  • 140 g de chocolats noir
  • 80 ml d’huile
  • 2 oeufs
  • 70 g de farine de sarrasin
  • 50 g de son d’avoine
  • 1 sachet de levure
  • 80 g de beurre

Recette :

Etape 1 : dans une casserole, mélanger l’eau (230 ml), la maïzena (50g) et la moitié du miel (65 g). Portez à ébullition en fouettant, jusqu’à ce que cela s’épaississe et retirer du feu.

Etape 2 : ajoutez le chocolat (140 g) et le beurre en morceau (80g) à ce mélange jusqu’à ce qu’ils fondent.

Etape 3 : ajoutez successivement et en mélangeant à chaque fois : l’huile (80 ml), les 2 oeufs, le miel restant (65 g), la farine de sarrasin (70 g), le son d’avoine (50 g) et la levure.

Etape 4 : mettre la pâte dans des moules à muffins et faire cuire 35 min à 180°C à chaleur tournante.