Couture, Homme

Hercule manches longues

Fournitures

J’ai utilisé la patron gratuit du T-shirt Hercule d’Urban Fairy, que j’avais déjà utilisé ici.

Pour le tissu j’ai utilisé un jersey de viscose rayé gris des coupons de Saint-Pierre à 15€ les 3m. A la réception nous avons été un peu déçu de la couleur, le gris est un peu marron.

Réalisation

La réalisation de ce T-shirt est facile, encore plus comme c’est la seconde fois que je le réalise. mon conjoint voulait un T-shirt à manches longues et le modèle n’en propose pas. Pour autant je n’avais pas envie d’investir dans un nouveau patron. J’ai donc tenté de rallonger les manches en prolongeant le tracé tout droit. Cette technique n’est pas parfaite car le bas des manches est un peu large donc pour une prochaine fois il faudrait que je me renseigne de manière plus approfondie sur le patronage des manches. Mais c’est pour un pyjama donc ça passe.

Le montage du T-shirt et en particulier des manches est différent des autres patrons. il faut d’abord assembler le dos et le devant par les épaules mais par les côtés, puis assembler les manches au haut et enfin coudre les côtés des manches et les côtés du haut.

Pour la plupart des modèles que j’ai réalisé jusque là, les côtés des manches et les côtés du haut sont assemblés avant de coudre la manche au haut. Mais je trouve la technique d’assemblage des manches de ce T-shirt plus facile avec la surjeteuse.

Avis

Le T-shirt est bien, bien que la forme des manches pourrait être améliorée. En revanche la matière utilisée n’est pas l’idéal, un jersey de coton comme pour la première version que j’avais faite aurait été mieux. Mais l’avantage de cette matière bien qu’elle ne soit pas très agréable au toucher est qu’elle ne se froisse pas donc pas besoin de repasser !

Jupes

Jupe Kristy de La Maison Victor

Cela fait quelques semaines que cette jupe est cousue, mais d’une part la luminosité me posait un problème pour les photos et d’autre part je n’ai pas beaucoup de temps ni de motivation en ce moment pour écrire (ni coudre d’ailleurs)

J’ai eu envie de coudre une jupe crayon en regardant la série Suits. (grâce aux confinements et couvre feu, l’abonnement Netflix est largement rentabilisé au moins). Et avec l’achat de la surjeteuse, c’était l’occasion de tester un projet en changeant les fils (j’ai utilisé la technique qui consiste à faire des nœuds sur les anciens fils et les tirer ensuite, je n’ai pas encore essayé de faire un renfilage complet, même si ce serait bien que j’apprenne. Chaque chose en son temps).

Fournitures

Pour le tissu, comme souvent si ce n’est toujours, j’ai utilisé un coupon de 3m des coupons de Saint-Pierre, un jersey de coton serpent noir à 15€ les 3m.

Pour le patron, c’est la jupe Kristy de La Maison Victor, que j’ai obtenu gratuitement il y a quelques mois. Je me suis fiée au tableau des mesures et ai découpé un 38.

Réalisation

L’assemblage du PDF est simple, il n’y a que trois pièces : une ceinture, un devant et un dos. Je ne sais pas ce qui différencie le devant et le dos, une fis montée je suis incapable de reconnaitre l’avant de l’arrière.

Pour la découpe du tissu, je ne me suis pas posé de question et découpé mes pièces dans la hauteur. Sauf que j’aurais du me poser des questions … après voir découpé les pièces je me suis rendu compte que mon coupon était extensible dans la hauteur et pas dans la largeur.

J’aurais pu m’en douter car j’ai eu le même problème avec mon haut cache-cœur (ici). Je note donc de faire plus attention pour mes prochaines coutures jersey et envisage de me renseigner de manière plus approfondie sur cette matière (peut être via le livre « Guide de couture à la surjeteuse et à la recouvreuse »)

La bande de ceinture devant être assez extensible, il était impossible d’utiliser les morceaux découpés sans élasticité. J’ai donc découpé de nouveau les pièces mais dans le bon sens cette fois 🙂

Pour l’assemblage j’ai utilisé ma surjeteuse en changeant pour la première fois les fils.

Avis

La jupe est très bien et confortable. C’est un modèle simple et efficace, à refaire éventuellement, peut être en plus courte.

Couture

Bilan couture 2020 – Robes, bas, homme et accessoires

Dernier article de mon bilan 2020 avec les coutures de bas, robes, homme et accessoires. En 2020 je me suis clairement plus intéressée aux hauts. Il faut dire déjà que c’est presque ce que je porte le plus. Pour les bas je porte surtout des jeans mais je ne me sens pas encore assez expérimentée pour en réaliser, ni même des pantalons avec une fermeture et pourtant j’en ai en tête depuis un moment.

6 Bas

  • le pantalon de pyjama Tamagotchi Breton – Février 2020

Tout premier pantalon, mais pantalon de pyjama seulement. L’avantage du patron c’est d’une part qu’il est gratuit et ensuite assez simple. Mais il n’est pas très seyant (pas très gênant pour un pantalon de pyjama). Je l’ai beaucoup porté les premiers mois, surtout par fierté de l’avoir réalisé, mais depuis je suis repassée à mes pantalons de pyjama du commerce, qui au moins ne tombent pas car ce n’est pas très pratique.

  • le pantalon 5A de Burda Easy de janvier 2019 – mars 2020

Nouveau test de pantalon avec un modèle burda easy, toujours avec une ceinture élastique. Mais je ne l’ai pratiquement pas porté. Je n’y pense pas, je suis plus habituée et à l’aise dans les jeans. Et la matière est très fine et fragile, elle s’effiloche malgré le surfilage. Je ne pense pas qu’il résistera longtemps. Mais ça m’aura fait progressé et appris à coudre un tissu fin et fluide avec un investissement minime.

Premier défi sous-vêtements, je trouve que je m’en suis bien sortie et au moins ce sont des coutures que je porte régulièrement. Il ne me reste plus qu’à persévérer avec d’autres modèles.

C’est presque le même modèle que la précédente, le challenge supplémentaire est les épaisseurs. Tout n’est pas nickel mais encore une fois c’est une couture utile!

Dernier pantalon réalisé en 2020 à partir d’un patron obtenu gratuitement de la Maison Victor. Toujours sur le même principe de ceinture élastique. Je ne l’ai pas beaucoup porté, mais c’est plutôt un modèle été donc en l’ayant terminé en octobre ce n’était pas gagné. Je pense qu’il va finir en pantalon à porter à la maison, si j’y pense et ne préfère pas les jeans car je ne suis pas convaincue de pouvoir le porter à l’extérieur.

  • Jupe Ambrosia du livre « passez votre CAP couture » – Octobre 2020

Pour apprendre les techniques c’était parfait. Mais je ne suis vraiment pas convaincue par le rendu et je pense qu’il va falloir que je la reprenne pour en diminuer la largeur. Je ne l’ai encore jamais porté du coup et je n’ai pas encore eu l’envie de me mettre à la réalisation du modèle d’octobre du livre dont elle est issue. D’autant plus que je ne suis pas convaincue par le rendu du modèle d’octobre.

2 Robes

  • Robe Swan d’Artesane – Juin 2020

Pour une raison mystérieuse, c’est cette robe qui attire le plus de visites sur mon blog. J’aimerais bien savoir pourquoi. Je n’étais pas satisfaite du premier rendu, il y avait quelques erreurs que j’ai pris le temps de rattraper, j’ai édité l’article pour le préciser. Mais depuis je ne l’ai porté qu’une fois. Déjà avec ses motifs elle n’est pas passe partout. Et je ne m’y sens pas très à l’aise. Je n’ai pas prévu assez d’aisance au niveau de la ceinture et ce n’est pas confortable que je suis assise.

  • Robe Tamara de Maison Fauve – juin 2020

Je suis assez contente de cette robe mais ne l’ai porté qu’une fois aussi. Il faut dire qu’en 2020 les occasions de sortir ont manquées et qu’elle ne se porte pas partout non plus à cause de son décolleté. Mais j’aimerais bien en faire une autre version avec une double gaze avec des points dorés par exemple. Il faudrait quand même que je trouve un moyen que le décolleté soit moins profond pour pouvoir la porter plus facilement.

Homme (1)

Pour ce qui est de la couture homme, j’ai très peu de patrons et malgré quelques recherches je n’en trouve pas beaucoup. Dans une partie des magazines, il n’y en a pas. Les livres que j’ai pu consultés n’ont pas vraiment de très bons avis et ont des modèles un peu trop originaux. Il me faudrait des basiques. Je pense que je vais finir par acheter des patrons individuels.

  • Tshirt Hercule d’Urban Fairy – Août 2020

Voici donc ma seule couture homme de 2020, avec un patron gratuit mais qui vaut vraiment le coup. Quand je recherche d’autres patrons homme j’en trouve beaucoup de similaires, mais payant. Mon seul regret est qu’il n’y ait que l’option manche courte. J’essaie en ce moment d’en faire une version manche longue mais ce n’est pas parfait.

8 accessoires

  • La pochette de soirées chouette kit – janvier 2020

Les kits chouette kit ont vraiment été pratique pour moi pour me lancer dans la couture. C’est vraiment utile d’avoir toutes les fournitures, je ne trouve pas de mercerie dans les coin où je suis, même pour acheter de simples fermetures éclaires invisibles, après trois magasins j’ai du me rabattre sur Amazon. En général j’achète donc en ligne mais c’est parfois compliqué de trouver toutes les fournitures au même endroit et les frais de port s’accumulent donc.

En revanche je n’utilise pas cette pochette de soirée à part pour ranger des affaires de coutures. Je ne sors pas non plus très souvent en soirée et si c’est le cas je prends un sac à main à bandoulière 🙂

  • Une écharpe avec du Minky grâce à un tuto Pinterest – Février 2020

Petit projet simple pour débuter, j’étais contente de moi et je l’ai donc pas mal porté l’hiver dernier. Ce n’est idéal comme style quand on travaille à la Défense, mais ce n’est pas grave, j’étais contente de moi donc je l’ai mise et elle est bien chaude. Par contre à force de la laver, les couleurs se sont un peu éteintes, elle est beaucoup moins belle.

  • une housse matelassée pour le fauteuil d’ordinateur de mon conjoint – Février 2020

Au moins cela me fait une deuxième couture homme pour 2020, on ne peut pas dire que je n’ai fait des choses que pour moi :p. Et celle-ci est utilisée tous les jours 🙂 ça m’aura appris à faire du matelassage et ce test me sera utile la prochaine fois que j’en ferai même si je ne vois pas encore à quelle occasion et pour quel projet cela pourrait être.

  • Une trousse de toilette Chouette kit – février 2020

Les voyages en 2020 ont été limités donc j’ai eu peu d’occasion de l’utiliser. Par contre la pochette savon, outre d’avoir été une grosse galère à coudre ne m’est pas très utile et même si je prenais des savons avec moi je ne suis pas sure que ce type de pochette sans vraie fermeture ou bouton soit l’idéal.

  • des chaussons en jeans via le tuto d’un blog – Avril 2020

C’était assez amusant à faire pendant mam période recyclage et je es ai portées quelques semaines. Mais la mousse que j’ai utilisée pour faire les semelles s’aplatit trop vite et ils sont vites devenus plus très confortables.

  • lingettes, panier et trousse du kit Lazy Sunday de Chouette kit – Mai 2020

Ces sont des coutres utiles. Je me sers des lingettes presque tous les jours pour le visage. Pas pour les yeux, déjà le jersey utilisé n’est pas très doux, il vaudrait mieux de l’éponge, et ensuite le mascara tache trop.

J’utilise la trousse pour transporter une petite réservé de masques quand je vais travailler.

Si c’était à refaire j’utiliserai quand même de l’éponge pour des lingettes, ce serait plus doux et aussi plus absorbant car c’est très compliqué d’utiliser de l’eau micellaire par exemple. Il vaut mieux utiliser une crème démaquillante car l’eau coule.

Issus du même kit, je les ai fait avec un autre tissu car je n’en avais pas assez dans le kit. Le masque est utile à mon conjoint quand on dort dans un endroit où il y a trop de lumière mais je n’ai pas encore utilisé le mien.

Hauts

Margot V2

Il y a quelques mois, j’avais fait une première version du Top Margot de La Maison Victor. Je le trouvais un peu large et j’avais envie d’essayer d’en faire une autre version une taille en dessous

Fournitures

J’ai donc utilisé le même patron, le top Margot du numéro de La Maison Victor de novembre / décembre 2019, mais cette fois en 34.

Pour le tissu, j’ai longtemps hésité et j’ai finalement opté pour un jersey mordoré que j’avais utilisé une première fais pour un haut simple (trop simple et pas assez ajusté, que vous pouvez voir ici)

Réalisation

Ce haut est très simple à réaliser. Pas de difficulté particulière, encore plus en l’ayant fait déjà une fois.

Avis

Je ne suis pas convaincue à 100%. La taille est bien en 34 mais je pense que le tissu choisi n’est pas le bon. Il n’est pas assez lourd et fluide. Cela pose problème pour le nœud à l’arrière qui est mois joli que celui du premier haut que j’avais fait. Cela pose aussi problème sur le tombé. Je trouve que ça fait un peu sac si je le porte sans le rentrer dans mon pantalon. Au début je pensais qu’il fallait le reprendre pour le cintrer, mais quelqu’un sur Instagram m’a indiqué qu’avec le nœud à l’arrière ça allait poser problème. Je pense qu’il ne me reste donc plus qu’à le porter dans un pantalon.

Hauts

Top à bretelles V2

Fournitures

Pour parvenir à mon objectif de haut à bretelles avec des plis religieuses, décrit dans cet article, il fallait que je modifie le haut pour obtenir un dos fermé.

Il me restait quelques chutes de ma robe tamara, mais très peu et je n’avais pas envie de me relancer dans les plis religieuses. J’ai donc décidé de faire un nouveau haut sans les plis religieuses mais avec dos fermé et d’en faire probablement un troisième par la suite avec les plis religieuses.

Réalisation

J’ai mesuré la longueur du dos du haut noir une fois le nœud noué, à la fois au niveau du haut et du bas et ai tracé un dos. J’ai aussi rallongé le patron de la hauteur de la basque faite pour le haut précédent.

J’ai appliqué la modification sur les pinces poitrine en la prolongeant d’1,5 cm comme ce qui avait été nécessaire pour le top noir.

même avec le repassage le tissu reste froissé …

Une fois le haut assemblé le haut baillait un peu, j’ai donc repris les côté d’1cm en haut de chaque côté

Avis

La pince poitrine formait toujours une poche, je pense que j’ai un problème avec cette modification et je ne sais pas comment la régler.

Les bretelles sont mal placées, trop vers les épaules alors que sur le haut noir elles étaient mieux placées. Le haut est utilisables mais pas exceptionnel et il me reste encore quelques progrès à faire pour les adaptations de patrons.

Reste à voir si j’aurai le courage de faire le haut avec les plis religieuses que j’avais pour objectif initial.

Hauts

Blouse burda

J’ai réalisé ce haut au printemps, avant d’ouvrir mon blog. Je n’avais donc pas fait de compte-rendu à ce sujet, mais comme j’ai du le reprendre il y a peu, je me suis dit que j’allais en parler.

Fourniture

Ce modèle est issu du magazine Burda Style 239 de Novembre 2019. Je l’ai acheté pour un autre modèle style cache-cœur, mais ce dernier était en jersey et je n’avais pas encore osé m’attaquer à cette matière au printemps.

Le modèle pour lequel j’ai acheté le magazine

Pour le tissu, j’ai utilisé un polycoton imprimé renard doré acheté en 2017 à 12€ les 3m, qui m’avait ensuite été remboursé car le doré ne tient pas. Je me suis dit que ce n’était pas un problème car ce haut était une sorte de toile ou de projet d’entrainement, donc si la qualité du tissu n’est pas la meilleure, ça n’avait pas d’importance.

Réalisation

Le modèle que j’ai réalisé

J’ai réalisé ce modèle en taille 36, en me fiant à mes habitudes avec Burda et car je préférais un modèle plus ajusté que celui présenté sur la photo.

Mais la première fois que je l’ai porté, je me suis rendu compte qu’il était trop juste au niveau de la largeur du dos. J’avais du mal à me sentir libre de mes mouvements et les coutures des emmanchures ont craqué.

De plus, je me suis rendue compte que je mettais parfois mal ma canette et que les coutures n’étaient pas bonnes.

J’ai donc décidé de défaire les côtés et l’ourlet du haut, ce qui a aussi impliqué de défaire les emmanchures. J’aurais pu et peut être aussi du défaire l’encolure mais je ne l’ai pas fait.

J’ai donc recousu le haut en réduisant les marges.

Résultat

Le haut est bien mieux comme ça, une fois les marges réduites. Le décolleté est trop important pour le porter sans haut en dessous et si je le refais un jour, je devrai utiliser la taille 38.

Je me demande aussi si je ne pourrais pas l’adapter pour l’utiliser avec un tissu extensible. J’ai vu de très belles réalisation du Haut Paris de Fibremood qui ressemble à ce modèle et j’aimerais faire quelque chose de similaire.

Couture, Vestes

Veste Joey

Fournitures

J’avais demandé et reçu pour Noël dernier le livre « Petits hauts » aux éditions Mango. Ce livre contient 8 patrons et explications associées de 4 créatrices. La veste Joey de Ready to Sew ne fait pas parti des modèles qui m’attiraient quand j’ai feuilleté le livre. C’est une veste non contrée et assez peu structurée.

Mais fin septembre, j’ai repéré un caban double face bleu et bleu ciel chez les coupons de Saint-Pierre (à 16€ les 3m).

Je cherchais des modèles de gilet à utiliser le weekend ou en télétravail. Je me suis donc dit que ce tissu irait bien avec ce modèle.

Réalisation

Les pièces du modèle sont très simples : 2 manches, 2 devants, un dos et 4 pièces pour le col. Je n’en ai découpé que deux. J’avais peur qu’assembler 3 pièces de caban (les 2 épaisseurs de cols et la pièce de devant) soit trop épais. J’ai fixé le bas du col sur le devant afin qu’il ne s’ouvre pas et qu’on n’en voit pas l’envers. J’hésite à le faire aussi au niveau du col dans le dos.

Je n’ai pas non plus réalisé les coutures anglaises comme préconisé pour les mêmes raisons.

J’ai hésité à faire le col en bleu ciel pour apporter du contraste, mais mon conjoint m’a indiqué qu’il valait mieux tout faire de la même couleur. Le bleu ciel n’est donc que visible à l’intérieur et sur les revers de manches.

Les manches sont ultra simples à assembler puisque ce sont des manches style kimono et qu’il n’y a donc pas d’embu de manche.

Avis

Je suis contente de ma veste. C’est une veste d’intérieur, bien pratique pour être au chaud. Elle n’est pas très élégante et pratique 🙂

Couture

Modèle cache-cœur de Charlotte Auzou

J’ai hésité quelques temps à participer à un concours Instagram pour réaliser une blouse pour l’automne. Mais le concours précédent pour la robe de l’été m’avait motivé à faire mes premières robes. Et je pensais à faire ce modèle depuis un moment, j’avais le tissu pour le faire depuis le début de l’année. Et je me rends compte que les vêtements dont j’ai surtout besoin sont des hauts à manche longue et des hauts à bretelle. Malgré le fait que la réalisation de ce haut allait chambouler l’ordre de ma liste de projets, je me suis donc lancée.

Fournitures

Pour la patron j’ai donc utilisé un modèle issu du livre de Charlotte Auzou : Ma garde robe sur mesure : mix & match. J’ai décalqué le patron en 38 au lieu du 40 conseillé.

Pour le tissu, j’ai utilisé une double gaze marsala imprimée renard, à 16€ les 3m. En le ressortant pour réaliser le modèle j’ai finalement été un peu déçue de la couleur, je la trouve plus fade que dans mes souvenirs.

Réalisation

Les premières étapes n’ont pas posé problème, par contre le premier problème a eu lieu lors de l’essayage : le haut est beaucoup trop décolleté pour être portable.

Une seule solution : ajouter du tissu. Et pour cela j’avais deux idées : ajouter des festons, idée que j’avais en tête pour une variation de ce haut à faire plus tard dans un autre tissu (option qui n’est pas présentée dans le livre) ou ajouter des frous-frous, option présentée dans le livre. J’ai fait choisir mon conjoint et il a pris l’option frou-frous.

Il m’a fallu à la fois un temps fou pour les réaliser mais aussi énormément de tissu, je ne m’attendais pas à en consommer autant juste pour cela.

J’avais assez peur des épaisseurs à passer avec ces frou-frous mais finalement cela n’a engendré aucune difficulté avec une aiguille adaptée.

Pour les manches, elles auraient dues être boutonnées mais la largeur étant suffisante pour passer la main sans, je ne les ai pas faites. Je ne suis pas encore prête à me lancer dans des boutonnières.

Avis

Ce haut est satisfaisant, mais malgré l’ajout des frou-frous et d’un bouton pour le fermer il reste très décolleté. Comme pour le haut Sanna, je me suis pas sûre qu’avoir des frou-frous sur la partie cachée soit très flatteur, cela ajoute des épaisseurs inutiles.

Le haut s’ouvre au niveau de la partie basse du cache-cœur, on voit donc l’intérieur du pan supérieure, j’hésite à ajouter un second bouton pression.

Pour les finitions de l’encolure via un biais il faut encore que je m’améliore. Autant j’étais satisfaite par mes finitions sur la jupe Ambrosia, autant il faut que je travaille pour ce type de finitions pour être plus précise.

Couture, Jupes

Livre « Passez votre CAP couture » et premier modèle : la jupe Ambrosia

J’ai acheté le livre « Passez votre CAP couture » au mois de mars pour apprendre les bonnes techniques. J’avais déjà un livre sur les techniques couture, mais indépendamment des modèles et je trouve qu’il est beaucoup plus facile de progresser quand chaque technique est liée avec un projet pour l’appliquer.

Dans ce livre il y a un parcours pour maitriser toutes les techniques nécessaires pour passer son CAP avec un modèle et ses variantes à réaliser par mois.

Je n’ai fini par ouvrir le livre que fin septembre. Et à l’ouverture j’ai constaté que seuls les patrons taille 38 du modèle étaient inclus. J’avoue que je suis un peu déçue. Les autres modèles sont téléchargeables sur le site d’Artesane, mais ça signifie qu’il faut encore les imprimer et les assembler. De plus, ça m’empêche d’utiliser ma technique habituelle de choix de taille en posant en vêtement à ma taille sur la feuille du patron. Si j’achète des livres c’est entre-autre pour avoir les patrons. Et si jamais le site ferme (ce que je n’espère pas) et que nous n’avons pas pensé à télécharger l’ensemble des tailles avant, on perd une partie des patrons.

Fin septembre donc, j’ai commencé par lire l’introduction de ce livre et la réalisation du coussin de repassage. Je ne savais pas que ce genre de coussin existait et c’est vrai que c’est bien pratique. Par contre il n’a pas été simple à remplir de sciure de bois et maintenant il me reste une grosse partie du paquet de sciure et je ne sais pas qu’en faire. Le livre contient aussi des explications pour dessiner les modèles, mais je ne m’y suis pas encore penchée, j’avais top hâte de passer à la partie couture.

Choix du modèle

Le mois de septembre est consacré aux jupes. Au tout début de ce chapitre il est conseillé de réaliser une jupe de base, mais le patron de cette jupe n’est pas fourni. Quelques modèles sont recommandés sur le site d’Artesane mais il faut se les procurer en plus. C’est aussi un peu une déception à ce niveau.

Ce modèle de base est une jupe simple et droite. Je n’en avais ni l’envie, ni le besoin et me suis dit que j’avais quand même quelques bases et donc que je pouvais m’en passer.

Le modèle du mois de septembre est la jupe Ambrosia avec plusieurs variantes dont l’objectif est l’apprentissage des plis :

  • plis creux
  • plis plats cousus ou non
  • plis religieuses

Je ne me voyais porter qu’un seul modèle : celui avec les plis plats non cousus (je changerai peut être d’avis sur la version avec le pli creux, j’en ai vu de beaux modèles, en revanche je ne me vois pas du tout avec la jupe avec les plis religieuses, je trouve cela vieillot)

Choix du tissu

J’avais vu une jolie version du modèle à plis plats avec un tissu Prince de Galles. Mais impossible d’en trouver un qui me plaisait sur internet. Et autant utiliser des tissus de mon stock.

Après quelques tests pour vérifier que les tissus marquaient bien les plis, j’ai choisi une flanelle achetée il y a des années à 5€ les 3m chez Les coupons de Saint-Pierre (c’est presque à chaque fois là où j’achète mes tissus et j’en ai un certain nombre en stock mais je pense à utiliser un autre site prochainement, surtout maintenant que je me suis lancée dans la couture de jersey et que je n’y trouve pas de référence qui m’intéresse). Pour chaque modèle il y a un tissu conseillé, l’objectif est donc en plus de travailler des techniques, de travailler les différents types de tissus. Ce ne sera pas pour cette fois et ce n’est pas trop grave mon objectif principal pour le moment est centré sur les techniques plutôt que la connaissance des tissus et je n’ai pas l’intension pour le moment de passer mon CAP.

Réalisation

J’ai pris mes mesures et sélectionné la taille 40. J’ai donc du me rendre sur le site d’Artesane et imprimer le PDF puis l’assembler. Ce ne sont pas des explications classiques qui accompagnent chaque patron mais des explications de patrons industriels. ça change un peu de mes habitudes, mais pour le mieux, les explications sont claires et précises. J’ai beaucoup aimé le patron et j’ai compris l’intérêt d’avoir les marges incluses, et de les tracer précisément. Mes finitions sont bien meilleures que d’habitude.

Ma seule difficulté et pas des moindres a été la couture à la main pour accrocher la doublure aux marges de couture. Et le résultat est affreux, cela entraine des plis sur l’endroit du modèle, je pense donc défaire cette couture à la maison, mieux vaut ne pas en avoir qu’avoir ces plis sur le modèle.

Avis

J’ai un avis mitigé sur le résultat. Je ne l’ai pas encore mise mais j’ai l’impression qu’elle tombe trop bas et est trop ample. Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas l’habitude de porter ce type de modèle, ou que j’aurais mieux fait de la faire en 38.

Prochaines étapes

L’objectif des instructions du mois de septembre est aussi de travailler les autres types de plis.

Pour les plis creux j’ai deux idées :

  • refaire un haut que j’avais commencé il y a environ 5 ans mais qui avait été un échec à cause de l’encolure. Je pense donc le reprendre et ajouter un pli creux au dos,
  • je pense aussi faire le pantalon Valérie de La Maison Victor, dans un crêpe bleu marine. J’espère que ce tissu sera assez fluide pour le modèle.

Pour les plis religieuses, j’aimerais m’inspirer du top dream de Mimoi Pattern. Je pense pour cela utiliser un des patrons de haut d’un des livres de Charlotte Auzou auquel j’ajouterai des plis religieuses en haut.

Puis il me faudra passer au modèle d’octobre du livre, c’est une robe à manches courtes. Et là ça va être compliqué car je ne me vois pas du tout porter cette robe, il va donc falloir que je trouve un moyen de l’adapter pour en faire quelque chose qui me plait plus.

Couture, Théorie

Tissus non extensibles, théorie

Presque 6 mois après avoir commencé à rédiger cet article, je m’y remets et le publie enfin :). Le plus difficile étant de l’illustrer car il est compliqué de trouver des images libres de droit sur ce sujet. Et je ne possède pas assez de tissus, ni le matériel adéquate pour bien les photographier, pour vous illustrer l’article. Je n’ai donc fait qu’un schéma.

Voici les informations basiques que j’ai pu trouver en me documentant sur internet sur les tissus non extensibles. (j’avais publié celui sur la maille fin mai)

Les tissus non extensibles sont des tissus tissés, avec un entrecroisement de fils de chaine et de fils de trame :

Le tissage, donc la manière dont les fils sont entrecroisés, aussi appelés armure, détermine la catégorie du tissu, et non pas la matière comme on pourrait le croire. Il y en a trois grandes catégories :

La toile

C’est le tissage le plus simple / basique, donc le moins cher à produite et par conséquence à l’achat. C’est aussi le plus solide et il ne possède ni envers, ni endroit (Sauf si il y a une impression sur le tissu ensuite). Dans cette catégorie on retrouve :

  • la batiste qui est un tissu fin en lin ou coton, parfois transparent et qui peut être utilisé pour des doublure et des chemises, ou les blouses
  • la popeline : tissage serré, tissu léger, utilisé par exemple pour les chemises, les robes, ou encore les blouses. La différence avec le précédent est que le fil de chaine est plus fin que le fil de trame. Le tissu a donc un aspect lisse.
  • le vichy – il est réalisé en coton, et ce n’est pas vraiment nécessaire de le présenter, tout le monde le connait. Il est réalisé à partir de fils d’une couleur et de fils blancs qui forment un quadrillage
  • la flanelle qui est un tissu doux. Il peut être utilisé pour des vêtements et du linge de lit, pour avoir chaud,
  • le taffetas qui est réalisé avec de la soie,
  • le chambray : c’est un tissu qui ressemble à du jeans avec un fil de trame blanc. Il ets utilisé pour les chemises, pantalon, robes.

Le sergé

Il est tissé avec un décalage entre les fils de chaine et de trame ce qui forme des lignes obliques sur l’envers du tissus. C’est le cas des jeans par exemple. Ces tissus ont donc un endroit et un envers. Cette armure est aussi appelée « Twill », qui est en fait son nom anglais. L’avantage des ces tissus est qu’il se froisse peu. C’est aussi ce type d’armure qui est utilisé pour les pantalons « Chino ».

Le satin

Ils sont tissés avec un flottement dans le tissage, ce qui les rend légers et avec un tombé fluide. C’est un tissage beaucoup utilisé pour la soie.


Ces tissus ne sont pas extensibles mais peuvent être rendus « stretch » grâce à l’ajout d’élastane.

Dans cette catégorie, il y a aussi les jacquarts qui sont des tissus dont le motif fait partie du tissage et ne peuvent donc pas s’effacer, contrairement aux tissus teints. Ils sont plus chers à produire et donc chers.

Ce ne sont que des informations très basiques, mais quand on débute cela permet déjà d’un peu mieux s’y retrouver. Et j’essaierai d’en savoir plus via un livre dont je vous parlerai prochainement.