Hauts

Seconde version du cache-cœur idéal

Fournitures

J’ai tellement aimé ma première version du cache-cœur Burda de novembre 2019 que j’en ai fait un second modèle tout de suite après le premier. Cela me permettait aussi de ne pas changer le fil déjà présent sur la surjeteuse quand je l’ai reçu (blanc), car je l’ai fait cette fois dans une maille rose.

Ce tissu provient encore une fois de chez les coupons de Saint-Pierre, c’est une maille côtelée lurex rose, à 10,50€ les 3m que j’avais déjà utilisée pour ma première version du top Margot. Il me reste encore une partie du coupon, reste à voir ce que je ferai avec.

Réalisation

J’ai fait exactement le même modèle que le précédent, en 36 là aussi. Je n’ai varié que les finitions :

  • pour les manches, je n’ai pas mis d’élastique. J’avais hésité pour la première version mais mon conjoint m’avait convaincu de les mettre pour le côté pratique. Les manches sont en effet assez large et pour manger par exemple ce n’est pas le plus pratique. Mais les laisser ainsi permet de changer un peu,
  • pour l’ourlet du bas, j’ai surfilé le bord et replié uniquement une fois. Pour la première version je n’avais pas surfilé mais avait replié le bord deux fois. Sauf que le tissu est déjà en double épaisseur, donc replié une fois ça en fait 4 et 6 en le repliant 2 fois. Et c’était trop épais à mon goût

Avis

J’aime beaucoup cette version aussi, je l’ai portée pour le nouvel an comme le tissu est légèrement brillant avec le lurex. La maille le rend plus extensible et le 36 est parfait et très confortable, cette version a plus d’aisance que la précédente.

Hauts

Premiers pas à la surjeteuse

L’achat de la surjeteuse

J’avais envie depuis un moment d’acheter une surjeteuse. Mais le prix m’arrêtait. Je pensais en prendre une de la marque Brother, comme ma machine à coudre.

Mais fin novembre, lors d’une vente privée singer, il y en avait une à 199€. Elle n’était plus disponible au moment où je me suis connecté, mais est réapparu quelques minutes plus tard. Je me suis empressée de la mettre dans mon panier pour la réserver, le temps de chercher rapidement quelques informations sur le modèle sur internet (14sh644).

Je n’avais pas énormément de temps pour me renseigner, j’ai lu quelques avis qui indiquaient que c’était une bonne machine d’entrée de gamme. Cela m’a semblé satisfaisant pour débuter avec une surjeteuse. Je l’ai donc commandée.

Quelques jours plus tard, avant de la recevoir, j’ai vu des conversations sur les réseaux sociaux demandant des avis sur ce modèle. J’ai appris à cette occasion que ce modèle ne possédait pas la fonction différentiel alors que c’est basique pour beaucoup de surjeteuses. J’ai donc un peu regretté.. mais d’autres avis m’ont rassuré car certaines personnes ne semblent pas utiliser cette fonctionnalité malgré une utilisation d’une surjeteuse régulièrement et depuis plusieurs années. Je me suis donc dis que je verrais bien si un jour j’étais limité par ce manque.

Le différentiel sert d’après ce que j’ai compris à entrainer deux tissu à deux vitesses différentes quand ils n’ont pas la même élasticité, afin d’éviter de faire gondoler le tissu.

J’ai aussi lu beaucoup d’avis négatifs sur la marque singer dont la qualité se serait dégradé avec le temps. Je verrai bien par moi-même, elle ne m’a coûté au final que la moitié du prix de la plupart des surjeteuse entrée de gamme.

Le colis est arrivé début décembre, il ne me restait plus qu’à trouver un modèle pour la tester.

Fournitures

J’avais acheté le magazine Burda de novembre 2019, pour un modèle de type cache-cœur en jersey. Je n’avais pas voulu tenter le modèle avec uniquement la machine à coudre même s’il est possible de coudre des tissus extensibles à la machine à coudre avec des points stretch.

Lors de promotions chez les coupons de Saint-Pierre, j’avais acheté un jersey blanc à 7,5€ les 3m, c’est toujours pratique d’avoir des tissus unis et des couleurs neutres.

La difficulté a été comme d’habitude sur le choix de la taille. Le modèle provient du même magazine que ce haut, que j’aurais dû faire en 38. Je pensais donc faire ce nouveau modèle en 38. Mais j’ai quand même comparé un patron de haut qui me va au patron et le 38 semblait grand. J’ai finalement opté pour du 36.

Réalisation

Le modèle est assez simple a réaliser en prenant son temps. J’ai fait une erreur sur les marges car j’ai suivi les instructions du patron en utilisant des marges de 1,5 cm. Sauf qu’il faut adapter les marges aux réglages de la surjeteuse et que j’aurais dû dans mon cas en prévoir de 7 mm. Ainsi la surjeteuse ne coupe pas vraiment le tissu ou seulement de petites parties et cela évite ainsi d’en abimer le couteau.

J’ai aussi eu un peu de mal à bien assembler les emmanchures avec la surjeteuse mais je suppose que cela vient avec l’expérience.

Avis

J’ai beaucoup aimé ce modèle et il est assez facile à faire. Cela faisait longtemps que je cherchais un modèle type cache-cœur parfait et je pense que ça va être celui-là. Contrairement à Sanna de La Maison Victor, il n’a pas de plis sur la partie du dessous, je trouve cela donc plus élégant.

La taille est un peu juste, mais je me suis aperçue que mon jersey n’est en fait extensible que dans la hauteur, donc ça n’aide pas. Je pense qu’il va falloir que je me renseigne plus sur l’élasticité des tissus et que j’y fasse plus attention.

Hauts

Blouse burda

J’ai réalisé ce haut au printemps, avant d’ouvrir mon blog. Je n’avais donc pas fait de compte-rendu à ce sujet, mais comme j’ai du le reprendre il y a peu, je me suis dit que j’allais en parler.

Fourniture

Ce modèle est issu du magazine Burda Style 239 de Novembre 2019. Je l’ai acheté pour un autre modèle style cache-cœur, mais ce dernier était en jersey et je n’avais pas encore osé m’attaquer à cette matière au printemps.

Le modèle pour lequel j’ai acheté le magazine

Pour le tissu, j’ai utilisé un polycoton imprimé renard doré acheté en 2017 à 12€ les 3m, qui m’avait ensuite été remboursé car le doré ne tient pas. Je me suis dit que ce n’était pas un problème car ce haut était une sorte de toile ou de projet d’entrainement, donc si la qualité du tissu n’est pas la meilleure, ça n’avait pas d’importance.

Réalisation

Le modèle que j’ai réalisé

J’ai réalisé ce modèle en taille 36, en me fiant à mes habitudes avec Burda et car je préférais un modèle plus ajusté que celui présenté sur la photo.

Mais la première fois que je l’ai porté, je me suis rendu compte qu’il était trop juste au niveau de la largeur du dos. J’avais du mal à me sentir libre de mes mouvements et les coutures des emmanchures ont craqué.

De plus, je me suis rendue compte que je mettais parfois mal ma canette et que les coutures n’étaient pas bonnes.

J’ai donc décidé de défaire les côtés et l’ourlet du haut, ce qui a aussi impliqué de défaire les emmanchures. J’aurais pu et peut être aussi du défaire l’encolure mais je ne l’ai pas fait.

J’ai donc recousu le haut en réduisant les marges.

Résultat

Le haut est bien mieux comme ça, une fois les marges réduites. Le décolleté est trop important pour le porter sans haut en dessous et si je le refais un jour, je devrai utiliser la taille 38.

Je me demande aussi si je ne pourrais pas l’adapter pour l’utiliser avec un tissu extensible. J’ai vu de très belles réalisation du Haut Paris de Fibremood qui ressemble à ce modèle et j’aimerais faire quelque chose de similaire.

Couture

Modèle cache-cœur de Charlotte Auzou

J’ai hésité quelques temps à participer à un concours Instagram pour réaliser une blouse pour l’automne. Mais le concours précédent pour la robe de l’été m’avait motivé à faire mes premières robes. Et je pensais à faire ce modèle depuis un moment, j’avais le tissu pour le faire depuis le début de l’année. Et je me rends compte que les vêtements dont j’ai surtout besoin sont des hauts à manche longue et des hauts à bretelle. Malgré le fait que la réalisation de ce haut allait chambouler l’ordre de ma liste de projets, je me suis donc lancée.

Fournitures

Pour la patron j’ai donc utilisé un modèle issu du livre de Charlotte Auzou : Ma garde robe sur mesure : mix & match. J’ai décalqué le patron en 38 au lieu du 40 conseillé.

Pour le tissu, j’ai utilisé une double gaze marsala imprimée renard, à 16€ les 3m. En le ressortant pour réaliser le modèle j’ai finalement été un peu déçue de la couleur, je la trouve plus fade que dans mes souvenirs.

Réalisation

Les premières étapes n’ont pas posé problème, par contre le premier problème a eu lieu lors de l’essayage : le haut est beaucoup trop décolleté pour être portable.

Une seule solution : ajouter du tissu. Et pour cela j’avais deux idées : ajouter des festons, idée que j’avais en tête pour une variation de ce haut à faire plus tard dans un autre tissu (option qui n’est pas présentée dans le livre) ou ajouter des frous-frous, option présentée dans le livre. J’ai fait choisir mon conjoint et il a pris l’option frou-frous.

Il m’a fallu à la fois un temps fou pour les réaliser mais aussi énormément de tissu, je ne m’attendais pas à en consommer autant juste pour cela.

J’avais assez peur des épaisseurs à passer avec ces frou-frous mais finalement cela n’a engendré aucune difficulté avec une aiguille adaptée.

Pour les manches, elles auraient dues être boutonnées mais la largeur étant suffisante pour passer la main sans, je ne les ai pas faites. Je ne suis pas encore prête à me lancer dans des boutonnières.

Avis

Ce haut est satisfaisant, mais malgré l’ajout des frou-frous et d’un bouton pour le fermer il reste très décolleté. Comme pour le haut Sanna, je me suis pas sûre qu’avoir des frou-frous sur la partie cachée soit très flatteur, cela ajoute des épaisseurs inutiles.

Le haut s’ouvre au niveau de la partie basse du cache-cœur, on voit donc l’intérieur du pan supérieure, j’hésite à ajouter un second bouton pression.

Pour les finitions de l’encolure via un biais il faut encore que je m’améliore. Autant j’étais satisfaite par mes finitions sur la jupe Ambrosia, autant il faut que je travaille pour ce type de finitions pour être plus précise.