Couture, Robes

Robe Tamara de Maison Fauve

Le modèle & les fournitures

J’avais repéré ce modèle sur Instagram et ai eu la chance de pouvoir télécharger le patron gratuitement car il était offert avec l’abonnement Marie Claire Idées que j’ai reçu pour Noël dernier.

Je suis ensuite tombée le 31 décembre sur un coupon de microfibre imprimé fleures japonaises roses et me suis rapidement dit que ce tissu était fait pour ce modèle.

Mais il aura fallu attendre les défis couture du mois de juin, et surtout celui de Rennes des cousettes sur Instagram pour que je m’y mette. Il fallait pour participer, réaliser une robe longue c’est à dire qui couvre les genoux. Avec cette contrainte je ne pouvais pas utiliser la robe Swan que j’avais cousu pour participer au défi la robe de l’été.

Je n’avais pas vérifié le métrage de tissu nécessaire en commandant le coupon de tissu. Heureusement que c’était un coupon de 3m, le modèle il rentre de justesse.

Réalisation

J’ai suivi le tableau des tailles pour découper les pièces, je l’ai donc fait en 40. Je me suis souvenue une fois les pièces découpées que j’avais réalisé le top Cédrat (ici et ici) justement en me disant que ça servirait à vérifier dans quelle taille il faudrait couper ce modèle puisque ce sont deux patrons de la marque Maison Fauve. Et j’avais fait le top en 36.

J’ai rencontré quelques difficultés pour ce modèle. Déjà pour la découpe, la microfibre est très fluide, donc avec des pièces de grande taille comme celles de la jupe, c’était difficile de les couper correctement.

Ensuite, c’était la première fois que j’utilisais du thermocollant pour la parmenture et j’ai eu du mal à le positionner. La fluidité du tissu n’a pas aidé. Et au final je me retrouve avec un côté un peu trop court pour la parmenture, j’ai l’impression que le thermocollant fait que les pièces sont plus courtes / rétrécies, une fois que c’est appliqué. Heureusement, la partie plus courte est à l’intérieure de la robe donc ça ne se voit pas. Le problème vient peut être du thermocollant utilisé, j’en ai utilisé un standard et il aurait peut être fallu en prendre un fait spécialement pour les tissus fluides, car j’ai aussi l’impression qu’une fois portée, la parmenture a un rendu un peu trop cartonné.

Enfin j’ai trouvé qu’il manquait un peu d’instructions. En particulier, il n’est pas indiqué de surfiler les pièces, ni comment faire l’ouverture pour le passage du lien de ceinture et comment bien positionner le lien pour le coudre avec le buste. De même j’ai eu du mal à comprendre dans quel sens réaliser les plis de la jupe, malgré le fait qu’il y ait un petit dessin et j’ai du relire plusieurs fois les instructions pour la réalisation de l’ourlet mouchoir.

Avis

J’aime bien le modèle et il est assez simple à réaliser. Les pinces au niveau du buste plutôt qu’au niveau de la poitrine sont originales et rendent bien.

J’ai une doute sur le choix du tissu qui s’effiloche pas mal et donc ça ne rend pas très bien au niveau de l’ouverture des manches et sur le choix du thermocollant.

La robe est jolie, mais il va être plus compliqué de trouver des occasions de la porter que la précédente car le décolleté est assez profond.

Couture, Robes

Robe Swan d’Artesane

Le modèle & les fournitures

J’avais obtenu la patron de ce modèle gratuitement en m’inscrivant à la newsletter d’Artesane et j’avais commandé un coupon de 3 m de tissu microfibre « oiseaux tropicaux » aux coupons de Saint-Pierre en début d’année pour la réaliser. (Le patron indique que ce modèle nécessite 2 m 60)

Je me suis enfin motivée pour me lancer grâce au défi #larobedelete sur Instagram. N’ayant encore jamais fait de robe, je n’avais pas vraiment peur de la difficulté, mais plutôt de gâcher du tissu vu le métrage que cela représentait.

Le modèle m’a semblé pratique à porter pour aller travailler et au quotidien, car il n’est pas trop décolleté. Avec ses manches trois quart il peut aussi se porter au printemps et en automne, ainsi qu’en été au bureau quand la clim est à fond et qu’on n’a pas moyen de faire autrement.

Réalisation

Le modèle me paraissait plutôt simple. Je n’ai pas trouvé d’avis sur la réalisation de ce modèle, j’avais donc du mal à trouver des conseils à son sujet. Il n’a pas été difficile à réaliser mais qu’est-ce qu’il est long à faire … je ne m’y attendait pas, mais il y a tellement de fronces partout que cela prend beaucoup de temps.

Il n’y a qu’une étape qui m’a vraiment posée problème : celle de l’assemblage de la jupe avec la ceinture et surtout ce qu’il faut faire avec la doublure de la ceinture. L’histoire était déjà mal partie avec la doublure de la ceinture, car sur le patron il n’est indiqué de la découper qu’une fois. Je pense qu’il y a une erreur et qu’il faudrait indiquer de couper ce morceau deux fois.

Voici les insctructions pour cette étape :

Ne comprenant pas bien comment faire pour fermer la couture de la doublure, à moins que le but ait été de faire une couture à la main tout le long de la ceinture, j’ai fait comme j’ai pu et assemblé la jupe avec la ceinture et sa doublure :

Je ne suis pas sûre que réaliser ainsi la doublure ait un intérêt, mais peut être qu’elle est quand même utile pour renforcer la ceinture ?

Au niveau des modifications, je n’ai pas fait de revers aux manches mais un ourlet invisible à la machine, et j’ai procédé de même pour le bas de la jupe. Je n’avais pas de fil bleu marine. J’ai réalisé mes coutures d’assemblage avec un fil rose clair et me suis demandée un instant si j’allais faire les revers avec ces surpiqûres roses. Mais il était trop clair par rapport aux motifs. J’ai aussi hésité à tenter avec du gris anthracite, mais finalement je me suis rabattue sur les coutures invisibles avec du fil noir.

Il faut un peu de temps pour comprendre comment plier et maintenir le tissus pour faire ces coutures invisibles à la machine, donc elles ne sont pas si invisibles partout, mais les points noirs qui ressortent ne se voient ps trop sur le bleu marine, et pour une première ce n’est pas trop mal.

Je n’ai pas fait les boutonnières non plus mais ai mis des boutons pression avec la pince Prym que j’avais acheté pendant le confinement. Je n’avais encore jamais fait de boutonnière (et c’est toujours le cas), j’avais donc peur de me lancer. Et je ne savais pas où trouver un bouton qui aurait été assorti. ça m’a donc semblé une bonne solution.

Sauf que je m’y suis mal prise avec la pince, Je n’ai pas assemblé les bonnes parties du bouton ensemble et impossible de les séparer une fois l’erreur faire. J’ai donc du extraire les deux parties de bouton mal posées en agrandissant le trou du bouton et rattraper cela en posant du thermocollant. Heureusement j’ai fait l’erreur sur la partie intérieure de la ceinture.

Par contre j’ai un gros doute sur les pressions que j’ai utilisé. Ce sont les pression anorak, je les ai pris car avec leur couleur métal gris ils sont discrets sur la robe. Mais ils sont faits pour des épaisseurs plus importantes. Je crains donc qu’à l’usage le tissus se déchire au niveau des boutons.

Et j’ai aussi mal posé mes boutons. L’espacement est plus important entre les deux parties intérieures des boutons qu’entre les parties extérieures, donc quand je mets les deux boutons, ça forme une bosse. Je suppose qu’il faudrait que je pose une troisième partie intérieure de bouton un peu plus vers l’intérieure de la ceinture, mais je n’ai pas encore eu le courage.

Avis

Je suis assez mitigée à propos de cette robe. Je trouve qu’elle ne rend pas très bien même si elle n’est pas moche non plus. Déjà je ne suis pas convaincue par le rendu du tissu et les motifs. Il est peut être trop foncé pour ce modèle ou plus joli en petite touche, pour un top par exemple ? Ou peut être est-ce simplement car je ne suis pas habituée à porter des motifs mais il y a quelques choses qui me dérange.

Ensuite les fronces… déjà c’est long et pas très intéressant à réaliser, mais en plus au niveau du rendu, j’ai un doute. Je ne suis pas sur que toutes ces fronces au niveau du ventre et des fesses soit très élégant, j’ai plutôt l’impression que ça grossit.

Et enfin il y a un soucis au niveau des épaules, elles sont trop larges (sur moi mais pas que, j’ai vu un commentaire après l’avoir réalisée sur Insta qui parlait du même soucis) et elles tombent. Il faudrait donc soit plus froncer soit mettre la manche plus haut.

Je pense donc que je ne réaliserai pas ce modèle une seconde fois. Et il va falloir que je trouve une idée de modèle pour le petit coupon de tissu qu’il me reste.

Mise à jour du 25/09/2020

Il y a en fait un problème sur cette robe : les épaules tombent beaucoup trop bas sur les bras. J’ai voulu la porter (plus de 2 mois après l’avoir terminée) mais c’était vraiment trop affreux. J’ai fait quelques recherches sur internet pour voir si d’autres personnes l’ayant réalisées avaient eu le même problème (j’aurais du le faire avant de la coudre…) et Oui ! c’est un problème connu depuis plusieurs années ! Apparemment il y a une erreur dans les instructions et il faut beaucoup plus froncer les épaules qu’indiqué. (Je ne m’explique pas pourquoi l’erreur n’a pas été corrigée dans le PDF qui est diffusé, c’est dommage)

J’ai donc mesuré la longueur que je voulais pour les épaules (11 cm, alors qu’elle en faisait 14), décousu les deux épaules sans découdre les manches et le col (pas sûre que ce soit la technique idéale) et refroncé pour atteindre les 11cm. C’est beaucoup mieux. J’en ai profité pour mettre un nouveau pression au bon endroit… reste à trouver une occasion de la porter.