Humeur

Retour à la « normale » – 1/2 – bilan des premiers jours de retour physique au travail

Tout a commencé vendredi 5 juin, par une conférence de notre directeur, spéciale COVID-19 sur Teams. D’habitude on les enregistre pour les collègues n’ayant pu se libérer mais cette fois, c’est interdit. Notre directeur préfère contacter les personnes individuellement si besoin. bizarre … Et voici le message du directeur : notre PDG a décidé que tout le monde doit retourner au travail dès lundi. Plus de retour progressif avec 50% de présence car on n’atteint pas ces 50% et pour eux il n’y a pas assez de monde dans les bureaux. Au moment de cette conférence, nous sommes encore en zone orange en Ile-de-France et le gouvernement demande toujours de privilégier le télétravail, mais apparemment ça ne s’applique pas à notre entreprise (ou aux employés de notre direction, car d’autres en province et dans d’autres sites en région parisienne n’ont pas eu le même message). Chacun doit faire un point avec son manager pour organiser son retour.

Mon point hebdomadaire avec mon chef ayant été repoussé de jour en jour la semaine suivante, j’ai gagné une semaine sans y retourner. Et j’ai le droit d’y retourner progressivement la semaine suivante ( donc la semaine du 15 juin). Je ferai donc un jour sur 2, le lundi et le mercredi.

Premier test des transports le dimanche précédent. Je n’étais pas très confiante, nous avions des amis a la maison le vendredi soir et à notre grande surprise à minuit ils n’avaient plus de RER pour rentrer sur Paris. Apres quelques recherches on apprend que le RER n’assure que 70% du trafic habituel… pourquoi un mois après la sortie de confinement? Pas d’explication.

Dimanche donc je prends le RER. Personne n’a son masque ou s’ils l’ont c’est dans le cou… très utile. Personne pour contrôler.

Lundi matin, je prends le RER vers 8h10. Je dois arriver entre 8h30 et 9h à l’accueil de ma tour sur la Défense. Nos horaires d’arrivée sont décidés en fonction de l’étage où se trouve notre bureau. La SNCF conseille de ne pas prendre le RER entre 8h et 9h sur ma branche mais on ne peut pas s’adapter à toutes les contraintes incohérentes. Au moins les gens ont le masque. Arrivée au bureau : désinfection des mains, prise de température, récupération de la dotation de masques. (Une boite de 50 pour 20 jours dans les locaux. C’est assez pour ne les porter que 4h de suite à condition de ne pas prendre les transports. Mais au moins l’entreprise nous fournit des masques)

Bilan du premier jour : je suis restée seule dans un open space de 10 personnes a trembler de froid puisque la clim était à fond et pas moyen de la couper. Ca donne envie de revenir…

Mercredi : on est un peu plus a bureau et les températures sont correctes, ça semble un peu plus utile de revenir.

Semaine 2 : c’est un vrai retour à la normale. Je suis allée au bureau du lundi au jeudi et pas mal de personnes étaient présentes. Des rumeurs circulent sur des sanctions possibles pour ceux qui ne reviendraient pas donc ça doit avoir des effets. Une partie des écoles semble avoir repris les élèves, donc certains parents peuvent revenir au moins partiellement, même si c’est plus difficile pour certains (quand l’école est un jour sur 2 avec fin à 16h, avec les temps de transports en plus la journée est courte). Mais le problème ne semble que réglé temporairement car une partie des parents n’ont pas de colonies cet été, les plannings sont donc compliqués à organiser.

Le déconfinement est finalement plus complexes et plus incertain que le confinement. Au moins les consignes étaient claires et la difficulté était surtout de savoir comment faire ses courses. Maintenant tout semble presque normal après des semaines de consignes changeantes. Mais est-ce temporaire et est-ce seulement une pause pour que l’économie reparte et que les gens consomment et partent en vacances cet été ?

Couture, Théorie

Kits couture : un bon moyen de progresser

Un bon moyen de me mettre vraiment à la couture a été de commander des kits couture. Cela permet d’avoir en un seul colis un patron, le ou les tissu(s) et éventuellement d’autres fournitures telles que des fermetures, boutons ou élastiques.

J’ai trouvé que cela permettait de franchir le pas plus rapidement car cela évite de se poser des questions sur le type de tissu à utiliser, comment éventuellement assortir les tissus et les couleurs des accessoires, et où commander l’ensemble des fournitures (en obtenant si possible tout sur le même site pour éviter d’avoir trop de frais de port).

Le seul inconvénient c’est que les boxs couture – à mon avis – peuvent parfois paraître un peu cher. Il faut dire que pour le moment je n’achète pas de patrons individuels, le prix m’arrête encore, et pour le tissu, je les prends surtout sur Les Coupons de Saint-Pierre et ils me reviennent en général qu’à moins de 5€ le mètre.

Certains kits nécessitent un abonnement, je ne m’y intéresse pas car on ne peut donc pas choisir ce qu’on va réaliser. C’est le cas par exemple de la Craftine box qui a l’air d’être l’un des plus connus.

Pour les sites proposant des kits couture, voici ce que j’ai repéré :

  • Chez Artesane il y a en ce moment un kit de couture pour un maillot de bain. Je ne suis cette marque que depuis peu de temps, mais j’ai l’impression que les boxs ne sont proposées que très ponctuellement. Quand j’ai vu qu’une box maillot de bain allait sortir il y a une dizaine de jour je me suis dit que c’était génial et que j’allais la prendre. Mais il y a deux jours, j’ai vu le prix pour les pré-commandes et … j’ai renoncé. 79€ ça me parait trop. La box permet d’avoir les cours en ligne associés, ce qui correspond au concept d’Artesane, mais ce n’est pas trop mon truc. Je préfère lire des instructions et si besoin regarder une vidéo sur un point particulier si nécessaire. J’ai un livre de Charlotte Jaubert, ça sera suffisant le jour où je voudrai coudre mon propre maillot.
  • La Droguerie : certains modèles me paraissent sympas, mais le fait de choisir une taille à la commande ne me plait pas. Vu ma (courte) expérience sur les patrons, la taille affichée ne correspond pas toujours au résultat et comme les tailles ne correspondent pas à celles du commerce, ça devient compliqué.
  • MS Box : abonnement ou commande individuelle. Les modèles et tissus ont l’air sympas.
  • Joli lab : j’aime bien certains de leurs patrons et j’avais hésité sur la blouse Hazel en Chambray qui n’est plus proposée en ce moment (C’était la version avec col victorien). Mais je me suis dit que je pourrais peut être arriver à un résultat similaire en achetant du chambray et en utilisant le livre de Charlotte Auzou « Ma garde-robe sur mesure – Mix & Match ». Il n’y a pas de col victorien mais un col montant … peut être l’un des prochains projets.

Et pour finir la seule box que j’ai testé à plusieurs reprise : celle de chouette kit. Ce sont des kits couture, tricot et crochet. Ils ont une collection permanente et des collections éphémères régulièrement (quasi tous les mois). Certains kits des collections éphémères sont finalement ajoutés à la collection permanente quand ils fonctionnent bien.

Au tout début, j’avais repéré le sac Léonard en wax, ainsi qu’une pochette d’ordinateur – en wax aussi. Mais j’a hésité trop longtemps et ils ne sont plus vendus. L’inconvénient aussi avec ces kits c’est qu’ils ont parfois beaucoup de succès et se retrouvent rapidement en rupture de stock (parfois dans la journée de la sortie de la collection).

En novembre j’ai donc commandé un kit trousse de toilette et un kit pochette de soirée de la collection éphémère. On peut maintenant trouver la trousse de toilette dans la collection permanente.

Voici ce que j’ai fait grâce à ces kits :

Je trouve que les explications ne sont pas toujours très claires et j’ai par exemple eu beaucoup de mal à réaliser la pochette à savon qui va avec la trousse de toilette. Mais j’ai découvert depuis peu qu’il y a un groupe d’échange et entraide sur ces kits sur Facebook et ça peut être bien utile !

Depuis j’ai commandé deux nouveaux kits, je vous en parle prochainement !

Cuisine

Bilan cuisine du mois de mai : recettes sucrées avec chocolat

Les escargots blancs et noirs

J’ai eu envie de tester cette recette pour en faire des goûters car le visuel était vraiment sympa, mais bizarrement chez moi ça ne rend pas pareil. Je pense qu’ils ont un peu trop cuits et ils étaient assez secs. J’ai oublié le sucre dans la pâte à la vanille… mais ça n’a pas posé de problème au niveau du goût, ils étaient assez sucrés comme ça.

Les soufflés au chocolat

Un soir on a eu envie d’un dessert juste après le repas alors qu’on n’en avait pas préparé. L’idée de ce soufflé au chocolat m’est venue. Peu d’ingrédients et seulement 10 min de cuisson, c’est très pratique.

Je ne peux pas vous partager la recette car elle vient d’un livre que j’ai acheté il y a plusieurs années. C’est une recette pour 4 personnes, mais elle est assez riche entre le beurre, le sucre et le chocolat. On les a fait cuire dans des tasses à expresso et la quantité est suffisante. A deux ça a du nous faire les desserts pour au moins 4 ou 5 repas.

Charlotte tout chocolat

Issue du même livre, voici la charlotte tout chocolat. Je ne l’avais encore jamais réalisée. Il y a une autre recette de charlotte dans ce livre : poire et chocolat, que j’ai déjà faite plusieurs fois. Mais là il me fallait une recette avec soit du chocolat (et que du chocolat) ou des fraises, car une des personnes participant au repas ne mange pas les autres fruits. De plus, il fallait un dessert assez frais car il devait faire pas loin de 30°, donc les gâteaux et fondants au chocolat ne donnaient pas trop envie (et on avait déjà mangé une tarte aux fraise le weekend précédent). Si vous avez des idées de desserts d’été avec fraise ou chocolat uniquement, je prends, car j’ai eu beaucoup de mal à trouver une idée.

Cake croustillant poire, spéculoos et chocolat

Le titre est un peu trompeur, je n’ai pas trouvé ce cake croustillant très croustillant, mais il est très bon, et les saveurs changent de l’ordinaire. En particulier le mélange spéculoos poire, que je n’avais encore jamais vu, mais les deux saveurs vont très bien ensemble. J’ai triplé la dose de spéculoos dans la recette et en ai mis un peu plus que prévu pour le croustillant, car les doses ne me semblaient pas assez généreuses.

Cookies à la banane

Et pour finir, il me fallait des recettes pour écouler les bananes du drive, car elles ont tendance à se retrouver vite trop mures et c’est compliqué de les manger ainsi (et autre chose que le classique banana bread, j’en ai fait déjà pas mal). Deux d’entre elles ont donc fini dans ces cookies même si je ne suis pas sûre qu’on puisse appeler ça ainsi, car ça n’en a qu’approximativement la forme. La texture est surprenante, ils sont plutôt élastiques, mais c’est très bon.

Muffins banane et poire

Et les deux dernières bananes trop mûres ont fini dans des muffins banane et pépites de chocolat. Et comme c’est indiqué en fin de recette, on peut utiliser la même base pour la pâte mais y incorporer d’autres ingrédients. J’en ai donc fait une seconde tournée pour écouler les poires restantes du cake croustillant présenté plus haut avec des amandes effilées.

Connaissez-vous des recettes pour utiliser les bananes trop mures ?

Cuisine

Bilan cuisine du mois de mai : recette sucrées sans chocolat

Voici la suite des recettes réalisées au mois de mai avec une partie des recettes sucrées, en commençant par la plus simple et en finissant par la plus compliquée.

Les roses en pâte feuilletée

J’avais achetée une pâte feuilletée et … impossible de me souvenir ce que je comptais faire avec. Je suis donc partie à la recherche de l’inspiration sur Pinterest et je suis tombée sur cette recette ultra simple, avec peu d’ingrédients et avec un rendu visuel qui fait son effet je trouve.

Si vous voulez réaliser cette recette, vous la trouverez ici. Je n’avais pas de confiture d’abricot, j’ai utilisé de la confiture de fraise et elle a très bien fait l’affaire.

Les sablés au sarrasin

L’objectif était de trouver une recette de sablés sans gluten pour le goûter. Je suis donc partie de cette recette, qui permet de n’utiliser que de la farine de sarrasin. Elle est simple et rapide à réaliser. Je trouve que le goût est un peu trop sucré.

Maintenant qu’il va être plus simple de sortir faire des achats, je vais pouvoir racheter des farines différentes et tester de nouvelles recettes qui ne seront pas réalisées qu’avec du sarrasin.

Les Spritz

Retour aux saveurs d’enfance avec ces spritz. Première utilisation de la poche à douille achetée il y a un petit moment et ce n’est pas si simple que ça. Les sablés sont moins épais que ce que je voulais faire, mais c’est un bon début.

Roulé facile au citron

C’est la recette la plus complexe de cette publication et pourtant elle s’intitule « roulé facile ». J’avais acheté une plaque en silicone pour faire des roulés en même temps que la poche à douille et j’ai commencé à l’utiliser en début d’année. Mais pour le moment je n’avais fait que des recettes salées pour des roulés apéro. Il me fallait donc une occasion de tester la version sucrée et une recette assez fraîche, adaptée à la chaleur du mois de mai. Si vous voulez la réaliser, vous la trouverez ici. La plus grande difficulté de la recette aura finalement été d’arriver à nettoyer le torchon qui a servi à rouler le biscuit, car une partie de la pâte est restée collée au torchon.

Dans le prochain article, ce sera au tour des recettes avec du chocolat.

Cuisine

Bilan cuisine du mois de mai : recettes salées

Même si le confinement s’est terminé au mois de mai, le télétravail s’est poursuivi pour moi, ça m’a donc laissé un peu de temps pour cuisiner. J’ai séparé mon bilan cuisine en trois articles car j’ai fait pas mal de desserts et goûters, je ne voulais donc pas faire un bilan trop long. En faisant mon petit inventaire, je me rends compte que j’ai cuisiné assez peu de recettes salées (enfin assez peu de recettes élaborées, je ne partage pas les plats assez simples du quotidien)

Le poulet thaï aux noix de cajou :

La recette vient du site « Le jardin d’Orante ». C’est la seconde fois que je fais cette recette et je pense que je re-préparerai ce plat régulièrement. Elle est à la fois élaborée et simple et permet d’avoir des saveurs qui changent de l’ordinaire.

Les gnocchis à la patate douce :

Toujours sur le même site, j’ai voulu tester les gnocchis de patate douce, que j’ai préparé à la farine de sarrasin et je les ai fait revenir à la poêle pour qu’ils soient un peu croustillants. Ça faisait un moment que je voulais essayer de réaliser des gnocchis, mais finalement je ne le ferai plus je pense. Cela demande un temps de préparation très très long, on ne peut pas en faire de grandes quantité en une seule fois et les conserver et le rendu n’est pas exceptionnel.

Moussaka :

L’aspect final n’est pas exceptionnel, mais le principal c’est le goût 🙂

Je voulais un plat du même style que les lasagnes testées le mois précédent et d’ailleurs de nouveau réalisées ce mois-ci. C’est-à-dire un plat complet, qui peut être cuisiné un soir et qu’on peut ressortir aux repas suivants (pour le midi en télétravail, surtout quand on a en plus des réunions le midi, c’est bien pratique).

J’ai donc utilisé cette recette, à la seule différence que je n’ai pas fait mijoter la sauce 3 h comme indiqué. Je n’avais pas lu la recette dans les détails avant de la préparer donc je n’avais pas 3 h devant moi pour le faire et 40 min on largement suffit, j’aurais peut-être même pu faire moins.

Crumble de courgette et cabillaud au vin blanc et aux tomates cerises :

Ce n’est pas une recette mais deux recettes cette fois. Pour la première fois, j’ai tenté de cuisiner du poisson frais, grâce à cette recette que j’avais enregistré depuis un moment. (En passant par Pinterest sur mobile, la recette s’affiche bien, par contre sur ordinateur il y a une fenêtre impossible à fermer qui s’affiche devant la recette pour nous obliger à ajouter une extension dans le navigateur, c’est insupportable …) C’est bien plus simple et rapide que je le pensais, ça me donne donc envie de tester d’autres recettes de poisson de temps en temps. Je n’ai par contre pas pris de photo du plat comme il a été préparé pour des invités, seulement de l’accompagnement, comme il en restait.

Pour l’accompagner, j’ai fait un crumble de courgettes, mais en faisant des juliennes de courgettes plutôt qu’en les rappant car j’avais peur que le plat ressemble un peu trop à de la purée. Je n’ai pas mis de parmesan, afin que le goût ne soit pas plus fort que le poisson et ai dû ajouter pas mal de farine pour le crumble.