Couture, Théorie

Coudre de la maille, théorie

Il existe deux grandes familles de tissus : les tissus « chaîne et trame » et les « mailles » (aussi appelés « tricots »). Les premiers ne sont pas extensibles, tandis que les seconds le sont et sont donc réputés comme plus difficiles à coudre, au moins pour les débutants.

Certains patrons sont faits pour les tissus en maille et d’autres pour les tissus chaîne et trame, à cause du fait qu’ils sont extensibles ou non. Les patrons prévoient donc en fonction du type de tissu, de l’aisance pour pouvoir bouger et porter le vêtement.

Les familles de mailles :

Les tissus mailles sont tricotés et possèdent un endroit et un envers. Il y a trois familles de mailles. (Il y a encore très peu de temps, je pensais que tissu extensible et jersey étaient synonymes, mais c’est un peu plus compliqué que ça)

Le jersey :

Ce type de maille possède un endroit et un envers. Sur l’envers le tissu forme des petites vagues. Il est à la fois extensible en longueur et en largeur et est très utilisé pour les T-shirts par exemple, ou pour les vêtements pour enfants.

Les côtes :

Ces tissus sont constitués d’une alternance de mailles envers et endroits qui donnent un aspect de rayures en relief au tissu, donc de côtes. Ils ne sont extensibles que dans la largeur.

L’interlock (ou maille double face) :

Ils possèdent une face aspect jersey et une face aspect côtes. Ils sont plus épais que les jersey et donc plus chaud, plus faciles à travailler, ne roulottent pas et ne sont pas transparents. Ils sont extensibles dans la largeur. Les tissus Ponte di Roma et Milano sont des exemples d’interlock (le second étant plus épais que le premier).

Comment coudre de la maille avec une machine à coudre?

La surjeteuse est conseillée pour coudre les tissus extensibles, mais c’est quand même un investissement non négligeable. Il est possible de les coudre avec une machine à coudre, même si ça semble moins rapide et que les finitions sont moins belles (d’après ce que j’ai lu, je n’ai pas testé de surjeteuse)

Choix du tissu :

Il y a des jersey de différents épaisseurs. Il vaut mieux éviter les plus fins au début au moins car ils roulottent. J’ai commencé par un jersey moyen puis un fin et je confirme qu’il y a une vraie différence.

La maille et l’interlock semblent aussi être des bons choix pour débuter comme ils sont épais et ne roulottent pas. J’ai testé la maille et ce n’était pas compliqué à coudre, il me reste donc l’interlock à tester.

Les aiguilles :

Il existe des aiguilles spécial stretch, qui ont un bout arrondi, pour ne pas accrocher les mailles. Comme pour les autres aiguilles et tissus, il faut adapter la taille de l’aiguille à l’épaisseur du tissus.

Pour un meilleur rendu des finitions de l’encolure et des ourlets, il est conseillé d’utiliser une aiguille double. Il existe des aiguilles doubles classiques et des aiguilles doubles spécial stretch.

De gauche à droite : aiguille double stretch, aiguille double classiques, aiguilles spécila stretch

Les fils :

Pour la bobine, il est conseillé d’utiliser un fil polyester. Pour la canette, il faut, si possible, utiliser un fil mousse, qui est élastique, en particulier pour les coutures simples. Selon d’autres sites, le fil mousse peut être utilisé à la fois pour l’aiguille et la canette.

J’ai utilisé du fil polyester pour l’aiguille, du fil mousse pour la canette et fait aussi bien les coutures simples et les coutures à l’aiguilles doubles de cette manière, même si le fil mousse serait inutile avec l’aiguille double.

Avec le fil mousse par contre, il faut faire attention au bobinage de la canette, au moins avec la brother FS40. Il faut bien tirer le fil entre les disques (l’élément rond dans lequel passe le fil juste avant d’arriver à la canette) et le coincer. C’est un élément conseillé sur le manuel, mais je n’avais pas à faire particulièrement attention avec les fils classiques, ils se coinçaient naturellement. Mais ce n’est pas le cas avec le fil mousse.

A gauche un cône de fil polyester pour surjeteuse, à droite du fil mousse

Les points :

Pour les points à utiliser, c’est moins clair. Il y a des points spécial stretch sur certaines machines, mais il est aussi possible d’utiliser le point droit classique si on utilise du fil mousse, le point zig-zag classique et dans le manuel de ma machine, il est indiqué qu’on peut aussi utiliser les points droit triple et zig-zag triple. Le seul problème avec ces deux derniers c’est qu’il ne faut pas se tromper et avoir à découdre la couture.

Pour le moment je n’ai pas assez d’expérience pour avoir un avis sur les points à utiliser, je les teste un a un et j’aurai un avis dans quelques mois probablement !

Il n’est apparemment pas nécessaire de surfiler, comme les mailles ne s’effilochent pas. Je ne l’ai donc pas fait pour les premiers projets. Mais je me suis quand même mise à surfiler par la suite, je trouve que les finitions sont plus belles et ça évite au tissu de roulotter. Par contre à cette étape le tissu fait plein de « poussière » et j’ai l’impression qu’il faut nettoyer la machine plus souvent quand on coud de la maille.

Traçage et découpe

Pour tracer sur ce type de tissu, il faut avoir un outil de traçage qui n’accroche pas au tissu. Je n’avais que des crayons pour les couleurs claires et c’est vraiment compliqué.

Pour la découpe, l’idéal est d’avoir un cutter et une planche pour les découper plutôt qu’un ciseau, mais ça se fait aussi avec un ciseau.

Après cet article théorique, je vous parlerai dans quelques temps de mes premiers projets en maille.

1 réflexion au sujet de “Coudre de la maille, théorie”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s